Rechercher dans le site espaces.ca
Randonnée à Hawaii © Shutterstock - Heather-Goodman

Hawaï : 5 aventures à vivre sur l'île de Kauai

Vélo, rando, SUP, kayak… à Hawaï, les riches écosystèmes de la fantasmagorique île de Kauai se découvrent de multiples façons. Explorations et suggestions en cinq temps.

Formée il y a six millions d’années et surnommée « l’île jardin », Kauai est la plus ancienne île de l’archipel d’Hawaï. Hormis une portion de la côte est qui est urbanisée, la quasi-totalité de ses 1430 km² est couverte de forêts, de rivières, de montagnes et de hautes chutes. Autant de sites propices à l’exploration active et sauvage de cette île hors normes.

Rando à vélo au bord de l’eau

Vélo sur Kauai © Shutterstock - Bonita-R.-Cheshier

Sur la côte est de Kauai, la Kapaa Bike Path, une piste multiusage pavée, s’étire sur 12 km (aller-retour), et elle est parfaite pour atterrir en douceur et plonger son regard sur l’horizon sans fin du grand bleu.

Une fois dépassée la zone plus urbanisée de Kapaa et de Kealia Beach, le sentier (partagé entre cyclistes et marcheurs) s’éloigne de la route. Le calme se fait dès lors complet et, bientôt, la récompense des ultimes coups de pédale apparaît : Paliku Beach (ou Donkey Beach, pour les insulaires locaux). Comme on ne peut pas s’y rendre en voiture, cette plage est pratiquement déserte; la grande nature nous englobe, le temps s’arrête, et quelques surfeurs viennent y dompter les vagues.

Après avoir bien mouliné, on troque la performance pour la contemplation et on croque un sandwich, en regardant les baleines sauter au loin, tout en se laissant décoiffer par le vent.

kauaicycle.com - 1 808 821-2115 


À lire également : Hawaï, le tour de la Grand Île à vélo


SUP et rando dans la jungle

Grotto Fern © Shutterstock - Cloudia Spinner

L’embouchure de la Wailua River, plus grande rivière navigable de Kauai, se situe au cœur de la zone la plus habitée de l’île, entre Lihue et Kapaa. Nombre de bateaux à moteur à l’allure antique et au style amazonien, bondés de touristes, remontent ce cours d’eau.

Mieux vaut donc se rendre au Kamokila Hawaiian Village en remontant la rivière par la route 580 sur quelques kilomètres. Ici, on peut louer des planches à pagaie (canots et kayaks sont aussi offerts) pour éviter la plus grande partie de la section fréquentée par les croisiéristes.

En continuant à remonter le cours de la paisible rivière Wailua, on arrive rapidement à une fourche. Pour éviter la cohue, on prend d’abord à gauche pour atteindre la destination finale des croisières : Fern Grotto, grande grotte ouverte aux flancs couverts de milliers de fougères.

Très joli site, mais très fréquenté. Un peu plus loin, la rivière devient moins profonde jusqu’à une fosse où on peut sauter à partir de rochers d’une hauteur de cinq mètres. En continuant de remonter la rivière pendant un autre kilomètre de ce côté, de spectaculaires grands arbres étendent leurs branches au-dessus de la rivière, qui serpente entre pâturages et sections de forêt plus denses.

En empruntant l’autre côté de la fourche, un sentier en pleine jungle est jalonné d’arbres majestueux, véritables totems végétaux, au-dessus d’une constellation de fleurs qui scintillent haut dans le ciel. La beauté des lieux est sans aucune commune mesure.

Après avoir traversé une rivière, le courant aux genoux, en se tenant à une corde tendue entre les deux rives, une marche de 2 km dans une forêt enchantée permet d’atteindre Secret Falls. Ici, l’eau de la rivière tombe de 37 mètres jusque dans un bassin à l’eau très froide. On voudrait y demeurer pour l’éternité, et on comprend mieux pourquoi le roi de l’île l’avait choisie comme lieu de baignade, il y a quelques siècles…

villagekauai.com - 1 808 823-0559 


Le Grand Canyon du Pacifique

Le Grand Canyon du Pacifique © Shutterstock - MNStudio

Au sud-est de Kauai, la rivière Waimea a creusé un vertigineux canyon. Pour y accéder, on emprunte la route 550, qui grimpe à plus de 1000 mètres jusqu’à Waimea Canyon State Park et Koke’e State Park. La différence de température par rapport à la côte est si marquée que nombre d’Hawaïens viennent chiller ici durant les chauds mois d’été.

L’étendue du réseau officiel de sentiers de randonnée pédestre incite à passer deux ou trois jours dans les environs. En une demi-journée, la Cliff Trail, qui rejoint la Waipo’o Falls Trail, permet ainsi de se rendre au bord du canyon et de se sentir microscopique : les parois des falaises sont si escarpées qu’on peine à y croire. Un peu plus loin, on peut se baigner dans les bassins en haut de la chute Waipo’o… mais gare au précipice!

Au bout de la route 550, la Pihea Trail suit la crête nord des montagnes de l’île. Nous ne sommes qu’à 3 km des plages du nord, mais elles sont impossibles à atteindre tant les falaises sont escarpées. Mille mètres plus bas, au-delà d’une succession de crêtes filiformes plongeant vers l’océan, la côte Na Pali se découpe : c’est l’un des plus beaux panoramas qu’il m’ait été donné de voir sur cette planète.

L’Alakai Swamp Trail est reliée à la Pihea Trail et mène vers ce haut plateau humide au milieu de l’île, où des fleurs endémiques survivent encore, et dont on dit qu’il nourrit toutes les rivières de l’île. Ses réserves pourraient durer sept ans s’il arrêtait de pleuvoir du jour au lendemain…

Non loin de là s’élèvent les plus hauts sommets de Kauai, les monts Kawaikini et Wai’ale’ale. Le flanc oriental de ce dernier reçoit près de 12 mètres de pluie annuellement, tout près du record mondial en la matière.

On peut camper ou louer de petites cabines au frisquet Koke’e State Park.

dlnr.hawaii.gov/dsp/parks/kauai 


À lire également : Hawaï, terre de contrastes


La mythique Kalalau Trail

Kalalau Trail © Shutterstock - Alexander - Demyanenko

Il n’est jamais trop tard pour découvrir le paradis sur Terre, la célèbre Kalalau Trail. Cette randonnée en autonomie de trois à cinq jours (36 km aller-retour) permet d’emprunter des sentiers en lacets qui montent et descendent plusieurs dénivelés de 200 à 300 mètres, entre vallées tropicales verdoyantes et rocs vertigineux exposés sur la côte Pacifique.

Les paysages spectaculaires se multiplient, particulièrement en bord de mer et sur les crêtes des falaises. À mi-parcours, dans la vallée Hanakoa, on peut camper et emprunter un sentier d’un kilomètre qui mène jusqu’à l’hallucinante chute Hanakoa.

La seconde moitié de ce parcours linéaire mène à la vallée Kalalau et à sa mythique plage sauvage, longue de mille mètres. Les vagues assourdissantes, les murailles rocheuses et la végétation abondante n’en finissent plus d’éblouir. C’est ici qu’on peut prolonger son parcours en dormant une ou deux nuits supplémentaires.

Attention toutefois : la Kalalau Trail est semée d’embûches. Les inondations subites (flash floods) rendent parfois impossible la traversée de ruisseaux transformés en torrents, et on n’a alors d’autre choix que d’attendre que le niveau baisse. La baignade est toujours interdite, les forts courants des rivières et des océans ayant emporté nombre de randonneurs vers la noyade. Au fil des ans, plusieurs imprudents ont aussi chuté des falaises par temps pluvieux, quand le sentier devient très glissant. Celui-ci peut donc être fermé sans préavis pendant plusieurs jours.

Bref, soyez prudents et avertis, mais allez-y! Pas à pas...

kalalautrail.com/information 


Camper et rester plus longtemps

Camping sur Kauai © Shutterstock - Lauraslens

Le réseau de campings d’État (les state parks) est relativement bien organisé et étendu, à Kauai. Certains sites, trop près des zones urbaines, sont à éviter, mais ceux qui sont à l’écart sont généralement bien tenus; tous comptent une section fréquentée par les fêtards, à éviter ou pas, selon le type de nuit qu’on veut passer…

Le plus beau camping est sans contredit celui de l’Anini Beach State Park, sur la côte nord, près de Hanalei. Situé sur une longue plage, il est bordé de grands arbres qui procurent ombrage aux tentes, et on peut nager avec les tortues, droit en face. S’il pleut trop au nord, cap sur le Salt Pond Beach State Park, plus au sud. Davantage exposé aux vents lors des tempêtes, son couvert forestier est plus modeste et il demeure moins paisible que le Anini.

Enfin, à l’extrémité est de Kauai, au bout de la route 50 de plus en plus défoncée (un 4 X 4 est de mise, surtout s’il a plu), le Polihale State Park est bordé d’une grande plage, et ses dunes atteignent plusieurs dizaines de mètres de hauteur. C’est le camping le plus sauvage de l’île avec, en prime, des couchers de soleil légendaires.

On peut se procurer les permis à l’avance ou sur place (5 $/pers.) au vérificateur qui patrouille habituellement matin et soir.

dlnr.hawaii.gov/dsp/parks/kauai
kauai.gov/camping

Pratico-Pratique

Quand?
À Kauai, la saison des pluies s’étend de novembre à mars; l’idéal consiste donc à s’y rendre juste avant ou après (octobre ou avril), pour éviter les mois d’été, très populaires et parfois trop chauds.

Comment?
Air Canada, WestJet, American Airlines, Delta Airlines et United Airlines desservent toutes Hawaii au départ du Québec. Comptez au moins 800 $ et 11 h de vol avec une escale pour gagner l’archipel. Il est possible d’arriver directement sur Kauai (via les Etats-Unis).

Combien de temps?
Un séjour de dix à quinze jours donne la possibilité de voir toutes les facettes de Kauai. Prenez cinq à sept jours pour les randonnées et autant pour les excursions plus courtes.

Info
gohawaii.com/kauai et kauai.org

L’auteur était l’invité de Voyages Gendron et de Delta Air Lines

Commentaires (0)
Participer à la discussion!

À decouvrir