• Imprimer
  • Partager

Vélo de montagne au centre-ville : des pistes pour Montréal

Novembre 2008 par Elsa Burette

Peut-être faites-vous partie de ces adeptes du vélo de montagne qui osent pédaler dans les sous-bois du Mont-Royal? Ancrée dans les mœurs depuis près de 15 ans, cette fréquentation hors-piste suscite aujourd’hui un débat animé.

« Le Mont-Royal a reçu cinq millions de visites en 2007 et tout usager qui sort des sentiers autorisés cause des dommages sur le sous-bois », constate la directrice générale des Amis de la Montagne, Sylvie Guilbault. « Nos patrouilles de conservation ont identifié douze secteurs en danger. Certains sous-bois ont été équipés d’obstacles et de rampes pour la pratique du vélo de montagne. Le sol y est profondément endommagé par des années d’usage intensif. »

« Montréal compte 208 000 adeptes du vélo de montagne, dont 50 000 l’utilisent chaque semaine », souligne le président de l’Association pour le développement des sentiers de vélo de montagne au Québec (ADSVMQ), Jérôme Pelland. « Et il n’existe pas aujourd’hui d’alternatives au Mont-Royal pour pratiquer le cross-country en milieu urbain », ajoute-t-il.

Les exemples des sentiers de Sherbrooke ou Chicoutimi (qui associent financement de la ville et entretien par les clubs de vélo locaux) donnent toutefois de bons espoirs à l’ADSVMQ, qui a déjà identifié plusieurs sites potentiels : un espace extérieur voisin du Taz qui pourrait voir le jour rue Papineau, une future boucle d’entraînement le long de la 720 ou encore l’aménagement d’une ancienne piste de ski située sur le secteur nord du Mont-Royal. Si ces projets restent à concrétiser, l’ADSVMQ et les Amis de la Montagne tendent vers le même objectif : proposer d’ici deux ans une alternative tangible aux pratiquants de vélo de montagne montréalais.

Qui pédale au Mont-Royal ?

- Majorité d’hommes âgés entre 20 et 39 ans, doté d’un diplôme universitaire et qui vivent (pour le tiers d’entre eux) dans l’un des cinq arrondissements adjacents au Mont-Royal

- Cyclistes expérimentés qui pratiquent le cross-country à 60%

- La moitié d’entre eux fréquente le Mont-Royal depuis plus de cinq ans et s’y rendent au moins une fois par semaine pendant la période estivale

- Les trois principales motivations pour fréquenter le Mont-Royal :
a) La proximité (83% s’y rendent en vélo)
b) La dénivellation
c) L’absence d’autres alternatives en ville

- 80% des adeptes se disent prêts à s’investir bénévolement dans l’entretien des sentiers.

Parcours urbains de vélo de montagne

> La solution : Mettre les pratiquants à contribution
Manhattan (New York)
Le 19 mars 2007 marquait l’inauguration du premier parcours pour vélos de montagne et BMX du parc Highbridge… en plein cœur de Manhattan! Cinq kilomètres parsemés d’obstacles (niveaux débutant à expert) ont vu le jour grâce aux efforts conjugués de quelques 300 volontaires! Et le travail continue : la réparation et l’entretien du parcours sont assurés par des volontaires. La ville de New York compte aujourd’hui deux autres circuits pour les amateurs de deux roues dans les parcs Cunningham (Queens) et Wolfe’s Pond (Staten Island).
nycmtb.com

> La solution : Aménager un lieu… dont personne ne voulait
Seattle (Washington)
Le I-5 Colonnade est un parc pour vélos de montagne unique en son genre : il est construit sous une autoroute! Les dessous de cette voie rapide constituaient un vrai dépotoir jusqu’à ce que des clubs locaux comme Backcountry Bicycle Trails Club décident d’en faire leur terrain de jeu. Avec le soutien de la municipalité, les deux acres de terrain ont été nettoyés, remblayés et aménagés avec des parcours mêlant acier, bois, terre et béton. Si le parc compte déjà de nombreux adeptes, la dernière phase des travaux, lancée en 2006, s’est officiellement terminée le 13 septembre dernier.
bbtc.org/colonnade
Infos pour localisation : 1600 Lakeview Blvd E - Seattle, WA 98102

> La solution : Créer un parcours avec accès payant
Tucson (Arizona)
Vous aimez le vélo de montagne? Vous allez adorer Tucson : une ville où pédaler dans un parc qui donne l’impression d’être au beau milieu du désert. Situé au « centre-ville » et accessible avec un permis délivré par les autorités (50$US /an), la piste de Fantasy Island déroule une trentaine de kilomètres qui inclus peu d’éléments techniques, mais des descentes vertigineuses. Pas de point d’eau sur le site et peu de chance de croiser âme qui vive, hormis les quelques oiseaux qui voleront en cercle au-dessus de votre casque…
sdmb.org/Trail-FantasyIsland.html

> La solution : Faire cohabiter cyclistes et marcheurs
Philadelphie (Pennsylvanie)
Bienvenue à Philly! Ici, cyclistes, coureurs, marcheurs et poussettes partagent une même voie qui longe la rivière Schuylkill. Du centre-ville de Philadelphie au Valley Forge National Historical Park (en passant par d’anciens sites industriels qui vous rappelleront les rives du canal de Lachine), cette piste de 40 km offre des dénivelées de 7 à 47 mètres et quelques sections réservées aux vélos, spécialement boueuses après une forte pluie!
phillymtb.com

> La solution : Créer une Route Verte… pour vélos de montagne
Utah
Cousine américaine du Sentier Canadien, Bonneville Shoreline Trail (BST) regroupe, à travers centres-villes et montagnes, une mosaïque de sentiers avec de forts dénivelés qui devrait, à terme, former une voie unique longue de 450 km. L’idée est née à Salt Lake City, en 1990, lorsque les autorités ont décidé de rendre payant un chemin détérioré par le passage des vélos de montagne et des coureurs. Une autre solution s’est alors imposée : la création d’une nouvelle piste, qui sera rallongée pour relier l’est au nord la ville et se poursuivre bien au-delà. La piste Bonneville ne cesse de grandir depuis…
bonnevilleshorelinetrail.org

Commentaires (0)

  • Aucun commentaire.

Ajouter un commentaire

VOS COMMENTAIRES SONT IMPORTANTS POUR NOUS ET POUR LA COMMUNAUTÉ.

Vous devez être membre et être connecté pour ajouter un commentaire.

Cliquez ici pour devenir membre. Cliquez ici pour accéder à votre CONNEXION.

Infolettre