Rechercher dans le site espaces.ca
  • Crédit : Jean-Sébastien Massicotte

Ski de montagne: renaissance de la Grande-Coulée dans les Appalaches

C’est un petit trésor pour les adeptes de ski de montagne qui était caché depuis une vingtaine d’années, à Saint-Paul-de-Montminy. Grâce aux efforts des équipes du collectif Le Backyard et du parc des Appalaches, les anciennes pistes du centre de ski alpin la Grande-Coulée peuvent désormais accueillir à nouveau les skieurs.

Ici, pas de files d’attentes ni de remonte-pentes, mais un territoire légèrement aménagé où les skieurs peuvent gravir la montagne Grande-Coulée en peaux d’ascension, pour ensuite profiter de la poudreuse ou de la neige non damée.

Du terrain qui se prête bien à la découverte du ski de montagne : l’approche de 1,5 km jusqu’au pied des pentes est simple et rapide. L’affichage est quant à lui abondant et facile à suivre, sur cette montagne située à environ 20 minutes de route au sud de Montmagny.

L’accès aux deux pistes proposées se fait par un même sentier d’ascension — un peu trop abrupt en partant, convenons-en — qui débute à proximité du confortable refuge de mi-montagne. Au sommet, après une courte montée d’environ 600 mètres, on a deux choix : La Collation ou La Dan.

Parfait pour les débutants qui veulent déguster leur portion de neige vierge (après une bonne bordée), La Collation présente un dénivelé d’environ 150 mètres, sur une pente tout en douceur (environ 15 degrés) et ouverte à travers des îlots de conifères, puis un sous-bois de petits merisiers.

Plus courte avec ses 125 mètres de dénivelé, La Dan est quant à elle plus raide (environ 25 degrés) et se destine aux skieurs de niveau intermédiaire. Encore une fois, le sous-bois est assez dégagé et reste facile à naviguer.

Ça va vite!

Le secteur Grande-Coulée a le défaut de sa qualité : si le sommet est rapide à atteindre, les descentes passent encore plus vite, trop vite, même! Il faut donc profiter de la tranquillité de l’endroit, de la vue spectaculaire du plus haut sommet du parc des Appalaches (853 mètres) et de la facilité de l’accès pour enchaîner les transitions et le cycle des montées-descentes.

À l’offre s’ajoute le confort des vastes chalets à louer, la détente des bains nordiques et la table d’hôte de l'Appalaches Lodge-Spa-Villégiature (présentement fermé), situé littéralement au pied de la Grande-Coulée. Également à proximité, le Massif du Sud déploie son terrain de jeu sur piste et en hors-piste, dans la municipalité de Saint-Philémon.

Croisée dans le stationnement avant notre départ en montagne, la directrice du parc des Appalaches, Stéphanie Charland, était heureuse de voir les skieurs se réapproprier la Grande-Coulée, un centre de ski qui a dû cesser ses opérations au début des années 2000, faute de rentabilité.

Celle-ci espère que l’expérience se poursuivra au cours des prochaines saisons. À partir du travail d’exploration de Lucas Holmes, fondateur du Backyard, elle croit qu’il y aurait un potentiel pour une dizaine de lignes dans la Grande-Coulée.

Impliquée tout récemment dans l’aventure, la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade - Ski a affilié le site à son réseau provincial. Les skieurs doivent donc être membres de la Fédé pour y skier, mais ils profitent du coup des avantages, notamment au niveau de la couverture en assurances. À cela s’ajoute le droit d’accès exigé par le parc, qui est de 14 $ par jour (60 $ annuellement).


MISE EN GARDE - CORONAVIRUS

En ces temps de pandémie de coronavirus, vérifiez toujours si le centre, le site ou l'établissement où vous comptez vous rendre est ouvert, en consultant son site Web ou en y téléphonant. Et surtout, restez dans un proche rayon de votre lieu de résidence : partir de Montréal pour la Gaspésie, par les temps qui courent, c'est risquer de démarrer de nouveaux foyers de contagion. 


À lire aussi: Coronavirus: ouvert ou fermé en cette relâche forcée?

 

Commentaires (0)
Participer à la discussion!