Rechercher dans le site espaces.ca
  • @ Collection personnelle

La route Blanche : 1000 km en fatbike de la Côte-Nord à Terre-Neuve

À compter du 10 février, Félix-Antoine Tremblay et Samuel Lalande-Markon entreprendront une expédition de 1 091 km en fatbike, qui les mènera de la Basse-Côte-Nord à Terre-Neuve.

Au départ de Natashquan, ils devront d’abord franchir une cinquantaine de kilomètres sur la 138, et de là, se rendre jusqu’au bout de la route asphaltée, à Kegaska, avant de tenter une première : traverser la route Blanche à vélo.

Cette route de neige et de glace de 471 km, entretenue par le ministère des Transports du Québec, relie 15 communautés de pêcheurs, dont deux communautés innues du golfe du Saint-Laurent, avant de se rendre jusqu’à Blanc-Sablon.

Malgré les vents dominants qui devraient leur souffler en pleine figure à près de 20 km/h en moyenne pour la portion sur la route Blanche, les aventuriers comptent parcourir 40 km par jour. Pour y arriver, la surface devra être dure et les conditions climatiques auront une influence majeure sur la réussite de leur projet, estime Samuel Lalande-Markon : « La seule façon de savoir si ça se fait, c’est d’y aller et de l’essayer! », dit-il.

@ Collection personnelle 

Les cyclistes transporteront près de 45 kg (100 livres) de matériel sur leur fatbike Torngat, fournis par Panorama Cycle, avec entre autres tout le nécessaire pour faire du camping hivernal sur le parcours. Ils trimbaleront aussi des raquettes et des traîneaux de style Krazy Karpet, pour tirer les vélos au cas où la neige serait trop abondante pour rouler. Des points de ravitaillement sont prévus tous les quatre jours.

Au lieu de s’arrêter à Blanc-Sablon, Félix-Antoine Tremblay et Samuel Lalande-Markon prendront le traversier jusqu’à St. Barbe (Terre-Neuve-et-Labrador) et poursuivront leur chemin sur près de 600 km sur les routes de cette province, en passant par le parc national du Gros-Morne, pour ensuite se rendre jusqu’à Port-aux-Basques.

Au-delà du défi physique, cette aventure sera aussi « géopoétique » pour Samuel Lalande-Markon : « La poésie fait partie inhérente de l’exploration du territoire », souligne l’aventurier, qui souhaite écrire un recueil de poèmes durant l’expédition. Les deux hommes comptent aussi partager les détails de leur aventure, tels que les meilleurs endroits où camper et le tracé GPX, afin d’inciter d’autres cyclistes à suivre leur trace.

Info : Expédition Route blanche

Commentaires (0)
Participer à la discussion!