Rechercher dans le site espaces.ca
  • Ascension du mont Washington © Ian Roberge

Randonnée : trois sommets à conquérir cet hiver

Neige, vent, glace, journées raccourcies et poids des raquettes ou des crampons aux pieds, les randonnées hivernales peuvent se révéler de sacrées aventures, d'autant plus si elles consistent à grimper des montagnes. Voici trois ascensions de sommets à relever cet hiver pour les amateurs de défis :

Mont Gosford

Mont Gosford © Ian Roberge

L'une des plus belles ascensions à réaliser dans le sud du Québec ! Situé dans les Cantons-de-l’Est, près de la frontière américaine, le sommet du Mont Gosford (1193 mètres d’altitude) est également l'un des plus difficiles d’accès lors de la saison hivernale.

L’aller-retour au sommet représente 15 km (au lieu de 9 lors de la belle saison) avec une montée soutenue sur plus de la moitié du sentier. Son ascension nécessite une bonne paire de raquettes, compte tenu de la quantité impressionnante de neige que reçoit chaque année le secteur. 

Le Mont Gosford n’est donc pas à prendre à la légère même s'il s’agit d’un endroit totalement magique en hiver. Accessible aux chiens.


À lire aussi : Trouvez vos défis de l'hiver en raquette


Mont Allen

Montée finale du Mont Allen © Ian Roberge

Dans les Adirondacks, il n'y a pas que le Mont Marcy qui représente un défi en hiver. Plus modestes en altitude, certaines montagnes, souvent plus reculées et donc moins connues, méritent l'attention des randonneurs qui souhaitent ajouter de la difficulté à leurs randonnées.

Un peu délaissé en hiver, le mont Allen par exemple, est acessible par un sentier très peu passant et donc pratiquement jamais tapé. Il faut se frayer un chemin dans l'épais couvert de neige vierge sur 28 km jusqu'à ses 1 325 mètres d'altitude. 

Bien que plus de la moitié de la randonnée ne comporte à peu près aucun dénivelé, il faut redoubler d'attention lors de la traversée de plusieurs ruisseaux et toujours garder en vue les repères du sentier sur les arbres (qui peuvent parfois être cachés par la neige). Le degré de difficulté est à son apogée lors la montée finale de 2 km vers le sommet. Bref, une randonnée de 10h à 12h, épique mais inoubliable !

Accessible aux chiens.


À lire aussi : 6 sommets des Adirondacks à mettre à votre bucket list


Mont Washington

Mont Washington © Ian Roberge

Enfin, l'une des plus emblématiques mais difficiles montagnes à faire en hiver est sans doute le Mont Washington (1 917 m). Avec près de 1 300 mètres de dénivelé, inutile de vous dire que l’ascension n’est pas de tout repos. De plus, comme près de la moitié de la randonnée se trouve dans la zone alpine, on se retrouve très exposé aux éléments. Cette montagne est ainsi très dangereuse par mauvais temps. Par contre, lorsque le soleil est de la partie, le paysage hivernal est époustouflant!

Pour atteindre le sommet, on doit emprunter une variation hivernale du sentier Lion Head, afin d’éviter le terrain avalancheux du Tuckerman Ravine. Ce sentier comporte tout de même quelques sections très difficiles dans lesquelles les crampons sont absolument nécessaires. Une fois dans la zone alpine, la montée est très soutenue mais plus constante. Le paysage y est aussi à couper le souffle! Comptez 8h à 10h pour compléter les 13 km de cette randonnée mythique.

Accessible aux chiens.


À lire aussi : 20 sommets parmi les plus hauts à gravir au Québec

Commentaires (1)
Participer à la discussion!

Titili - 28/11/2017 11:50
Bonjour et merci pour ces belles idées de randonnées
Pouvez vous préciser (ou existe t'il un site qui donne cette information) si les chiens sont acceptés pour ces randonnées ?
Merci d'avance