Rechercher dans le site espaces.ca
  • © Unsplash / Lucas Favre

10 choses du plein air qui ont changé en 10 ans

Une autre décennie qui s’achève, une autre qu’on entame. Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient, alors voici quelques morceaux choisis de petites et grandes révolutions qui ont marqué la planète plein air dans les années 2010. 

La course en sentier atteint des sommets

© Unsplash / David Marcu

Les événements en montagne se multiplient, les sportifs sont de plus en plus nombreux à vouloir s’attaquer aux défis : la course en sentier atteint des sommets. D’activité pratiquée par un nombre limité de mordus, le trail est devenu un véritable phénomène mondial avec son circuit international, ses vedettes et ses épreuves mythiques. Les Québécois qui courent en sentier n’ont jamais été aussi nombreux et ils s’attaquent à des distances qui étaient, jusqu’à tout récemment, à peine imaginables pour les amateurs. Courses de 125 km, de 160 ou même de plus de 300 km : faire un ultra aujourd’hui est presque devenu banal.

Le SUP et le ski hors-piste ont la cote

En 10 ans, le surf à pagaie (SUP) est passé d’un sport nautique pratiquement inconnu au Québec à un véritable succès sportif et d’affaires. L’explosion du nombre de pratiquants qui s’intéressent aux diverses déclinaisons de l’activité (rando, surf, mise en forme, yoga, expédition) ne se dément pas. Des écoles aux centres de location, en passant par les fabricants québécois, le SUP est assurément sur une belle vague.

© Unsplash / Tim Foster

L’hiver, c’est cependant le ski de montagne qui est en ascension. Ils sont plus nombreux que jamais, les sportifs qui troquent les télésièges pour les peaux de phoque. Un effort à monter par ses propres moyens qui est amplement récompensé par les descentes dans la poudreuse. Équipement facile à trouver, centres de ski qui proposent du terrain d’aventure adapté, sites structurés et fédérés… le ski de montagne n’a pas fini de monter.

Fido trouve sa place au grand air

Après un projet pilote démarré en 2016, la Sépaq a finalement autorisé la venue des chiens dans la grande majorité de ses parcs nationaux, au printemps 2019. Sous certaines conditions, dont la tenue en laisse, Fido peut désormais accompagner son maître. Une tendance canine qui s’est aussi accrue un peu partout dans les autres parcs et espaces naturels de la province. Et puisqu’il n’est plus rare de croiser Pitou en rando, les boutiques de plein air font de plus en plus de place aux produits destinés aux aventuriers poilus et à quatre pattes.

Révolutions cyclistes

© Unsplash / Patrick Hendry

Sans réinventer la roue, l’univers cycliste a connu d’intéressantes percées au cours de la dernière décennie. D’abord, le Québec a succombé aux charmes du fatbike. Un peu partout, le vélo à pneus surdimensionnés a fait des adeptes qui osent s’attaquer à l’hiver autant sur les sentiers que sur les grandes étendues gelées. Les centres et les événements qui se consacrent à la pratique de l’activité se sont multipliés.

L’électricité a également fait jaser : il est aujourd’hui bien loin, le temps où vélo électrique et performance paraissaient irréconciliables. Les premiers mondiaux de vélo de montagne électrique, présentés à la station Mont-Sainte-Anne, en ont fait la preuve. Les manufacturiers principaux ont tous des modèles à assistance électrique dans leur catalogue, et il n’est plus rare de voir ces amusantes machines technologiques sur la route ou en montagne.

Enfin, on ne peut passer sous silence ce qui pourrait être présenté comme la renaissance du cyclotourisme : le bikepacking, ou cyclocamping. Grâce à une nouvelle approche dans la fabrication et l’usage des sacoches pour les vélos, les sportifs peuvent désormais charger sans difficulté leur matériel sur leur précieuse bécane, quelle qu’elle soit, sans — trop — en compromettre les performances.

Le confort au rendez-vous

© Facebook / Repère Boréal

Dormir en nature n’est pas une raison pour faire une croix sur le confort et le luxe. Alors que le glamping (contraction de glam et de camping) est devenu une tendance, les hébergements d’aventure originaux se diversifient. Du microchalet ultraorganisé à la fourgonnette microaménagée, en passant par les tentes tout équipées en formule prêt-à-camper, les choix ne manquent plus pour ceux qui veulent la belle vie sous un ciel étoilé.

Place aux aventurières

© Unsplash / Peter Conlan

Le plein air et l’aventure, une affaire d’hommes? C’est encore trop souvent le cas, mais heureusement, les sportives et aventurières prennent de plus en plus la place qui leur revient. Il ne faut que s’intéresser à certains événements qui leur sont consacrés, comme le White Lips, le populaire rendez-vous gaspésien du ski hors-piste à 100 % féminin, pour constater le virage. Idem pour le travail des Chèvres de montagne ou des Vieilles Pô, des communautés de filles actives en plein air qui font bien sentir leur présence à travers le Québec.

L’équipement tourne au vert

Du simple usage de matières recyclées pour la fabrication de vêtements de plein air, la tendance au vert a beaucoup évolué. La production d’équipements pour l’aventure est désormais indissociable d’une production responsable, et les grands joueurs de l’industrie s’en préoccupent; les consommateurs également. Tentes fabriquées sans enduit chimique, ustensiles et vaisselle en plastique bio, duvet recueilli de manière respectueuse pour les oies, sacs et vêtements auxquels on redonne une nouvelle vie en les transformant en autre chose, vente de matériel d’occasion organisée par les fabricants (comme Worn Wear de Patagonia ou Rock Solid d’Arc’teryx), fart pour les skis sans hydrocarbures… les initiatives sont toujours plus nombreuses. Et c’est tant mieux!

Des pros à votre service

Force est de constater que l’encadrement en plein air a atteint une belle maturité. Les divers programmes de formation au collège et à l’université qui développent les aptitudes d’intervenants liés à l’aventure ont amené sur le marché un flot de diplômés motivés et compétents. Le métier de guide est d’ailleurs mieux établi et valorisé : ski hors-piste, via ferrata, escalade, activités nautiques… Les pros du plein air sont là pour une clientèle qui compte davantage sur eux.

Approche poids plume

Prenez-en note : le sportif chargé comme un mulet est en voie de disparition. L’ultraléger est en effet partout et devient même une approche aux activités de plein air. Une tendance qui a pris de l’élan pratiquement dans tous les sports d’aventure, question de pouvoir aller plus loin et plus vite. Tentes, sacs de couchage, matelas de sol, sacs à dos, chaussures, vêtements ou encore skis et vélos sont ainsi en constante cure d’amaigrissement. Le titane, la fibre de carbone, l’aramide (Kevlar), les tissages en silnylon ou encore en Spectra (alias "polyéthylène de masse molaire très élevée") sont désormais monnaie courante et plus abordables, même pour les amateurs.

Nature connectée

© Unsplash / Jakob Owens

S’il y a une chose qui s’est imposée ces 10 dernières années, c’est bien la connectivité en plein air. Que ce soit ces montres intelligentes qui mesurent tous nos faits et gestes, ces GoPro qui enregistrent en temps réel nos péripéties, et ces réseaux sociaux qui nous servent d’inspiration et d’outil pour partager nos exploits sportifs, la technologie s’est insérée dans l’essence même des sorties en nature. On comprend l’importance du phénomène quand on regarde simplement les mots-clics #aventure et #adventure sur Instagram. Au dernier compte, ils rassemblaient respectivement plus de 900 000 et 97 millions de publications. 

Commentaires (0)
Participer à la discussion!