Rechercher dans le site espaces.ca
  • © Michelle Pinsonneault

Fatbike dans la Vallée des glaces de Charlevoix

Rouler au cœur d’un impressionnant canyon gelé, encaissé au creux de montagnes de 800 mètres ornées de grandioses chutes de glace, ça ne peut que frapper l’imaginaire! C’est justement le spectacle grisant que nous offre la Vallée des glaces, le nouveau terrain de jeu hivernal du parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, dans Charlevoix.

En décembre dernier, le parc des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie a pour la première fois ouvert les vannes aux plaisirs d’hiver. Cette inauguration, espérée depuis la création du parc en 2000, a surtout été possible grâce à l’électrification du parc, à l’entretien et au déneigement de la route depuis Saint-Aimé-des-Lacs.

Nous y voilà donc, dix-huit ans et plusieurs saisons plus tard. Le rendez-vous avait été donné au centre de services Le Draveur, point de départ de la Navette des glaces. C’est à bord de ce nouveau tout-terrain motorisé que nous accéderons rapidement aux secteurs les plus éloignés. Déjà, rien qu’à voir cette chenillette d’avant-garde, le ton était donné à cette première hivernale. À nous la poudreuse et le givre!

© Michelle Pinsonneault

Nous longeons donc la rivière Malbaie complètement gelée (d’au moins 55 cm, nous rassure-t-on!) pendant près de 60 minutes jusqu’à atteindre l’Équerre, là où la rivière fait un virage à 90 degrés vers le sud et surtout, là où nous serons initiés à la Vallée des glaces. Car contrairement aux autres saisons, le parc en hiver ne s’appuie pas sur son illustre Acropole des Draveurs pour tenter les aventuriers : il se vit directement sur la rivière, devenue l’une des plus spectaculaires vallées glaciaires au sud de la province, la saison froide venue.  

© Michelle Pinsonneault

Pour ajouter à l’excitation de cette traversée longue de sept kilomètres, j’ai troqué les skis et les raquettes pour le fatbike. Je rêvais d’entendre les crampons des pneus mordre dans la glace, de changer les vitesses pour défier les monticules de neige ou les plus grandes bordées, de déjouer les grands vents ou de contrôler les virages sur les tronçons glacés. Comme si je prenais part à une épopée nordique. D’autant plus qu’une mini-tempête dominait les lieux, cette journée-là.

© Michelle Pinsonneault

Il m’a suffi de pédaler à peine un kilomètre pour saisir le spectaculaire de ce sentier linéaire. Accessible à tous les niveaux, sans grand dénivelé, ce n’est pas tant sur le défi sportif que repose l’aspect sensationnel de la Vallée. Je dirais plutôt que c’est l’atmosphère d’une contrée boréale lointaine qui nous fouette et qui défend l’expérience que l’on y vit. Aussi petits nous sommes dans cette gorge de glace, campée dans la Réserve de la biosphère de Charlevoix, aussi grande est la fascination pour cette nature format panoramique!

© Michelle Pinsonneault

Le plus bel exemple se trouve à mi-chemin, à la Pointe aux Inukshuks. À cet endroit, nous profitons d’un point de vue privilégié sur la Pomme d’Or, cette paroi d’escalade de glace légendaire que seuls les grimpeurs de haut niveau osent défier. Un moment fort de la Vallée des glaces! Arrêtés sur nos vélos, nous étions beaux à voir : tête renversée, à nous émerveiller devant le panache de cette cascade.

Rouler d’un bout à l’autre de la Vallée en fatbike nous aura pris deux heures. Chaque instant nous aura permis de nous délecter de paysages grandioses et de savourer l’aventure par de grandes et petites surprises. J’aurais pédalé encore longtemps dans la Vallée des glaces. Faudra que j’y revienne, et cette fois, je la marcherai!


À lire aussi : Via ferraski aux Palissades de Charlevoix


Pratico-Pratique

La Navette des glaces fait l’aller-retour deux fois par jour. Cependant, telle que nous l’avons expérimentée, elle peut être utilisée en aller simple pour revenir de façon autonome au centre de services Le Draveur, soit par la Vallée des glaces, soit par le sentier de la rivière Malbaie.

La location d’équipement est disponible sur place : raquettes, fatbike, crampons et skis Hok.

Amateurs de fatbike, plus de 11,6 km de sentiers damés sont ouverts entre le centre de services Le Draveur et le secteur de l’Équerre.

© Michelle Pinsonneault

En plus de la Vallée des glaces, les options sont nombreuses pour se dégourdir les jambes. Profitez de votre présence dans le secteur de l’Équerre pour découvrir le sentier de la Chute-du-Ruisseau-Blanc. Un court parcours d’environ 2 km (aller-retour), ponctué de montées et de petites descentes, qui vous mènera à une splendide chute de 45 m de hauteur.

© Michelle Pinsonneault

Sinon, le sentier Le Riverain est tout indiqué pour augmenter d’un cran le niveau de difficulté. Selon le point de départ choisi, vous randonnerez en raquette ou en ski nordique sur 10,9 km ou 9,2 km jusqu’à atteindre un point vue saisissant sur la vallée de la rivière Malbaie.  

Où dormir

© Michelle Pinsonneault

Dans le secteur Le Cran des Érables, dix chalets Écho sont maintenant disponibles. Capable d’accueillir confortablement jusqu’à 4 personnes, le chalet Écho est le camp de base idéal : grande fenestration donnant pratiquement une vue à 360° sur la forêt, deux chambres (dont une fermée), cuisine équipée, salon meublé de causeuses et poêle à bois.

L’accès au parc en mode hivernal, la Navette des glaces et la location d’équipement sont offerts jusqu’au 31 mars.
sepaq.com

Commentaires (0)
Participer à la discussion!