Rechercher dans le site espaces.ca

5 erreurs à éviter en commençant à courir

Courir est simplissime, tout le monde peut le faire. Mais comme tout geste sportif, il comporte son potentiel d’erreurs et de blessures. Si vous voulez faire de la course une habitude de vie, prenez votre temps et évitez les erreurs qui suivent.

Ne pas oser marcher

Courir, rappelons-le, c’est littéralement sauter d’un pied à l’autre, plusieurs centaines de fois de suite. Alors oui, c’est exigeant et épuisant. Il n’y a donc aucune honte à alterner course et marche, bien au contraire, puisque c’est ainsi que vous habituerez progressivement votre corps à ce nouvel exercice. Reculer pour mieux sauter, marcher pour mieux courir, même logique.


À lire aussi: 8 erreurs de débutant en course en sentiers


Courir longtemps, peu souvent

Il est plus facile de se vanter auprès de ses collègues d’avoir franchi 10 km plutôt qu’un maigre 3 km, non ? Vrai, et dangereux. À vouloir courir trop loin trop tôt, on risque de s’épuiser, de s'écœurer de ce sport ou de se blesser. Essayez plutôt la tactique suivante : courez tous les jours et arrêtez dès que ça tire un peu. Révélez ensuite avoir couru quotidiennement pendant un mois et surveillez la réaction de vos collègues. Gagnant.

Suivre un programme

Les programmes de course apportent une structure réconfortante. Mais est-il vraiment nécessaire d’encadrer un loisir avec des chiffres et des pourcentages ? Quel que soit votre niveau, écouter son corps reste le meilleur moyen de courir sans se faire mal. Les intervalles, en particulier, sont les pires vecteurs de blessure. N’oubliez pas que courir est avant tout une excuse pour aller jouer dehors. Alors, oubliez votre montre et nourrissez-vous du plaisir d’être en mouvement, tout simplement.


À lire aussi: Courir un premier marathon rajeunirait les artères de 4 ans


S’inscrire à une compétition

Se fixer un objectif est un élément de motivation efficace, mais il ne faut pas en faire une obsession. Si courir est pour vous une activité que vous souhaitez accomplir pendant des années, les courses organisées ne sont pas un passage obligé. Une compétition amateur vient avec son lot de stress, de déplacements et de coûts qui peuvent gâcher la fête. On risque aussi de se laisser dominer par l’objectif à atteindre et de trop pousser à l’entraînement. Sauf qu’il est bien plus probable de franchir la ligne d’arrivée en étant sous-entraîné que si on est blessé...

 

S’équiper à outrance

La course à pied est un sport très simple : pas de règle, pas d’infrastructure, pas d’horaire, pas d’équipe… et très peu d’équipement. Oui, un peu de matériel approprié n’est pas inutile, mais au-delà d’une paire de chaussures confortables et de quelques vêtements pour faire face aux intempéries, tout le reste est superflu. Si l’oubli d’un gadget vous empêche de courir, questionnez vous honnêtement sur son utilité. Courir pieds nus, on va dire non (même si c’est possible), mais sortir sans montre, gel, gourde, guêtres ou bâtons ne devrait pas être un problème.

Pour conclure, courir est une activité véritablement primitive qui se pratique merveilleusement bien sans artifice. Soyez sauvages!


À lire aussi: Matériel de plein air: en as-tu vraiment (autant) besoin?


 

Commentaires (0)
Participer à la discussion!