Rechercher dans le site espaces.ca
  • © Shutterstock

4 randonnées inoubliables aux Açores

Petit archipel portugais de neuf îles volcaniques perdues au milieu de l'Atlantique, les Açores comptent d’innombrables possibilités de grandioses randonnées pédestres (mais aussi d’épatantes virées à vélo). Suggestions pour découvrir, à la force du mollet, les îles de São Miguel et Terceira.

Rando autour du Lagoa do Fogo

Le Lagoa do Fogo sur l'île de São Miguel © Gary Lawrence

C’est sans doute la randonnée spectaculaire la plus accessible de toutes les Açores. On s’y rend par la route à moins d’une heure de Ponta Delgada, sur l’île de São Miguel. Elle permet de marcher sur les crêtes entourant un époustouflant lac de cratère, puis d’y descendre à l’intérieur et de longer la rive du lac, bordée en partie par une plage. Il est aussi possible de pratiquer une boucle autour de toute la caldeira, mais mieux vaut alors retenir les services d’un guide, le parcours étant mal balisé.

Durée : 3 h aller-retour
Longueur : 7,7 km
Dénivelé : 160 m
Niveau : facile

À faire (ou pas) dans les environs

© Gary Lawrence

À une trentaine de minutes du Lagoa do Fogo, les eaux chaudes et ferrugineuses de la caldeira Velha sont fort agréables pour un bain ou une douche sous une cascade; l’ennui, c’est que les autocars sont désormais nombreux à y déverser leurs touristes, et l’endroit peut devenir désagréable en haute saison.


À lire aussi : 6 jours de rando sublime au Cap-Vert


Rando autour de la caldeira de Sete Cidades

© Gary Lawrence

Quand on débouche, au terme d’un sentier en cul-de-sac, sur l’extraordinaire belvédère de la Grota do Inferno, on perd littéralement l’équilibre devant tant de splendeur. En contrebas, deux des quatre lacs de cratère environnants étalent leur superbe sur fond d’azur; de tôt matin, un couvercle de nuages obstrue souvent l’un des cratères, rendant le site encore plus magique.

Tout aussi magique est la randonnée qui permet de faire le tour de la caldeira où sont situés le Lagoa Azul et le Lagoa Verde, les plus vastes de ces lacs, de même que le Lagoa Santiago et le Lagoa Rasa. Si le sentier lui-même n’est pas toujours ravissant (il s’agit essentiellement d’un chemin d’exploitation), les innombrables points de vue changeants sur la caldeira, les lacs et la mer entourant São Miguel le font bien vite oublier.

Le point de départ de cette rando à 100 % panoramique s’effectue généralement depuis un autre belvédère ahurissant de beauté, le Miradouro da Vista do Rei, non loin des ruines du Monte Palace Hotel (qui sera reconstruit sous peu).


© Gary Lawrence

Il est également possible d’entreprendre cette boucle en vélo de montagne, idéalement en compagnie d’un guide.

Durée : 5 h 30
Longueur : 19,8 km
Dénivelé : 630 m
Niveau : intermédiaire

À faire dans les environs


© Gary Lawrence

– Enfourcher son vélo de montagne et emprunter les sentiers verdoyants au départ du pont séparant le Lagoa Azul du Lagoa Verde;
– S’adonner à la planche à pagaie ou au kayak sur ces mêmes lacs;
– Casser la croûte en compagnie des villageois de Sete Cidades au restaurant Lagoa Azul (Rua da Caridade, 28), typique et sans prétention, mais souvent bondé.


À lire aussi : 7 sports en 7 jours en Martinique


Le tour du Lagoa das Furnas à vélo

© Gary Lawrence

Au départ du joli village de Furnas, réputé pour ses 22 sources bouillonnantes, ses eaux médicinales et son activité volcanique en général, on emprunte la route principale vers un mignon lac limitrophe, le Lagoa das Furnas. Lové dans l’ancien cratère d’un volcan éteint, il est cerclé d’un agréable sentier pédestre et cyclable, et jalonné de sculptures, par endroits. Il est aussi flanqué d’une touchante chapelle abandonnée, érigée par un époux éploré qui a voulu solliciter les bonnes grâces divines pour que sa douce, mourante, survive. En vain…

L’itinéraire autour du lac, très odoriférant, passe notamment par une forêt de bambous, des haies de cannes à sucre et des rangées de cryptomérias, ces fiers cèdres du Japon au long fût mordoré.

À l’une des extrémités du lac, on passe par un champ géothermique où les restaurateurs de Furnas préparent à l’étouffée le fameux cuzido, plat portugais typique cuit ici sous terre par la seule chaleur tellurique.


© Gary Lawrence

Avant ou après cette virée cycliste mi-bitume, mi-terre battue, on peut aussi s’abreuver à des sources d’eau minérale naturelles — dont une fournit une eau légèrement pétillante, très riche en minéraux.

Durée : 3 h
Longueur : 9,5 km
Dénivelé : 143 m
Niveau : facile

À faire dans les environs

© Gary Lawrence

– Observer l’activité volcanique des sources bouillonnantes de Furnas, qui servent notamment à cuire le maïs à la poche (!);
– Flâner dans le parc botanique Terra Nostra de Furnas, splendidement aménagé, où on peut également piquer une tête dans un grand bassin d’eaux thermales. Attenant au parc s’élève le chic Terra Nostra Garden Hotel, dont le restaurant sert notamment le cuzido;
– Marcher dans les plantations de thé de Maia, les seules d’Europe (40 km au nord).


Rando océanique de Baias da Agualva

© Gary Lawrence

À moitié en retrait de la mer, à moitié perché au haut d’une falaise qui la longe, ce sentier se marche en grande partie sur d’âpres rocs volcaniques, dans l’île de Terceira — deuxième plus grande de l’archipel. S’il n’exige pas qu’on soit en grande forme physique, il requiert une attention de tous les instants sur une partie de son parcours, en raison de son relief rocheux inégal et acéré. La récompense? Des points de vue enivrants sur la mer, des champs de cannes à sucre hautes de six mètres, des falaises vertigineuses, des embruns plein les narines et le bruit constant des vagues qui se fracassent sur les remparts naturels de l’île.

Durée : 3 h
Longueur : 7,9 km
Dénivelé : 138 m
Niveau : facile


À faire aussi à Terceira

– Grimper à vélo la Serra de Santa Barbara (1021 m), pour une vue imprenable sur l'archipel (par temps dégagé);

– Descendre dans l’ancienne cheminée d’un volcan éteint à Algar do Carvão;

– S’offrir un bon gueuleton bien arrosé de vins açoriens et portugais à la Taberna da Queimada, à Altares.


Le bain à remous naturel de Ferreira

© Gary Lawrence

Accroché à un câble, on se laisse ballotter au gré du ressac, de bas en haut et de l’avant vers l’arrière. Devant, c’est froid; derrière, plutôt chaud : dans le goulot d’étranglement que forme la piscine naturelle de Ferreira, l’eau froide de l’Atlantique s’entremêle à chaque vague aux eaux telluriques et bouillantes provenant de sources volcaniques actives. Une excellente façon d’apaiser ses muscles endoloris à la fin de la journée, après avoir réalisé le tour de la caldeira de Sete Cidades, par exemple.


Si j’avais eu quelques jours de plus…

Dans l’avion qui m’a mené de Montréal à Ponta Delgada, j’ai survolé et aperçu son cratère égueulé, noir et colossal. Mais je n’ai pas pu me rendre à ses pieds pour lui gravir les flancs, à ce fabuleux Pico, plus haut sommet des Açores et de tout le Portugal. Culminant à 2351 mètres, ce sombre et imposant édifice volcanique se parcourt de plusieurs façons, mais la totale consiste à aller saluer le Piquinho, petit cône pointu qui trône près de son cratère sommital. De là-haut, on jouit évidemment de points de vue grandioses sur tout l’archipel. Maigre consolation : un matin à l’aube, j’ai vu le Pico émerger des nuages, au loin, depuis le sommet de la Serra de Santa Barbara, qui culmine sur l’île de Terceira.


Canyoning, surf et vélo de route

Les Açores sont en train de devenir une destination très prisée par les adeptes de canyoning, notamment dans l’île de Florès, où on peut faire du rappel dans une chute d’eau de 40 mètres.

Certaines îles suscitent également un engouement croissant de la part des surfeurs, de plus en plus nombreux à mettre le cap sur cet archipel venteux où déferlent de costauds rouleaux.

Si ce n’était de l’étroitesse des routes, le vélo aurait un potentiel infini sur les îles de São Miguel et Terceira : le bitume y est impeccable, les itinéraires en lacets se déroulent admirablement le long des côtes, et les points de vue sont renversants. Mais l’absence régulière d’accotement, les nombreux virages aveugles et le peu d’espace de dégagement peuvent rendre l’exercice périlleux.


Pratico-pratique

Le transporteur açorien SATA relie Montréal à Ponta Delgada une fois par semaine en 4,5 h, en vol direct et sans escale, de juin à septembre. Le reste de l’année, il faut transiter par Toronto.

Nouvellement établie aux Açores, l’entreprise de location de voiture Let’s Rent a Car ne dispose pas de comptoir à l’aéroport, ce qui lui permet d’offrir des tarifs abordables. Il suffit de réserver à l’avance et de contacter un préposé par téléphone en débarquant de l’avion; dix minutes plus tard, le véhicule et les papiers sont livrés à l’aéroport.

Sur São Miguel, le Caloura Resort forme un excellent pied à terre pour investir l'île, à 15 minutes de Ponta Delgada.

À Terceira, pour dormir en tout confort dans un cadre rustique et s’offrir un repas typique (et bio), cap sur la Quinta do Martelo, une sorte de « village açorien d’antan », non loin de Angra do Heroismo. Pour les plus nantis, la pousada São Sebastião loge dans une ancienne forteresse en bord de mer, à Angra do Heroismo.

Location de vélos (de route, de montagne ou électriques) et très bon service de guidage : Azores Adventure Islands Company

Pour découvrir tous les sentiers pédestres des Açores, procurez-vous le Guide de randonnées Rother, disponible à la librairie Ulysse.

Info : le site visitazores.com regorge d’informations et dispose de sections détaillées sur les circuits à vélo, les sentiers de randonnée pédestre, ainsi qu’une foule d’activités (plongée, surf, géotourisme, parapente, kayak, etc.).

Commentaires (0)
Participer à la discussion!