Rechercher dans le site espaces.ca
Vélo au printemps © Shutterstock

13 trouvailles plein air pour vivre le printemps à fond

Une année, 52 semaines, 52 idées pour que 2017 soit à 100 % plein air. Voici le deuxième des quatre volets de notre bucket list annuelle.

Se poudrer le nez en Gaspésie

Ski hors-piste en Gaspesie_Mont-Porphyre-©-Le-Québec-maritime_Éric_Marchand

Vous n’avez pas eu tout votre saoul de poudreuse cet hiver? Qu’à cela ne tienne, il en reste encore à profusion dans la réserve magique des Chic-Chocs. Alors que la végétation reprend du terrain au sud du Québec, là-bas, ils essuient les dernières tempêtes de la saison jusqu’à la fin avril, parfois la mi-mai. Tous à vos peaux de phoque! sepaq.com/rf/mat/ et chicchocs.com 



Allonger le pas en raquette

Cet hiver, un nouveau joujou a fait son apparition sur les présentoirs des boutiques de plein air du Québec : la raquette à pas glissé, fabriquée par l’entreprise québécoise Faber. Sorte de miniski à armature tubulaire, ses huit tamis à ailes de traction mordent dans la neige en  montée; en descente, la forme spéciale des tamis lui permet de glisser modérément. Le parc régional de la rivière Gentilly (rivieregentilly.com) en a fait l’acquisition, mais elle est également offerte en location chez La Cordée (lacordee.com) et à La Vie Sportive (viesportive.com), notamment. 
fabersnowshoes.com 


Éclaboussures festives au Massif

Reggae Bash Splash © Le Massif

Le Reggae Bash Splash est un événement parfait pour faire le lien entre la fin de l’hiver et le début du printemps, uniquement le 15 avril. Comme dans d’autres stations de ski, le défi consiste à traverser entièrement un bassin d’eau en ski ou en planche, déguisé ou pas. Mais par la suite, on profite ici d’un après-ski à saveur de reggae. Prendre cependant note que la loi légalisant l’usage du cannabis à des fins récréatives n’a pas encore été adoptée…
lemassif.com/evenements/splash 


La tête dans le vert tendre en Outaouais

Arbraska Lafleche © Mike Pochwat

On commence à bien la connaître, cette activité portée par le plaisir enfantin de grimper et de jouer dans les arbres. Mais au parc Arbraska Laflèche, on peut s’adonner à l’hébertisme aérien toute l’année, et ainsi avoir la chance d’admirer de près le bourgeonnement de la canopée, au printemps. En prime, l’entrée de la caverne Laflèche, la plus grande du Bouclier canadien, est située à deux pas. Un voyage historique de plus de 13 000 ans, une découverte souterraine des stalagmites et des stalactites de glace… jusqu’à ce qu’ils fondent.
arbraska.com/fr/lafleche 



Éclosions de verdure dans l’Ouest… de Montréal

Envie de découvrir quel arbre bourgeonne le premier au printemps? Cap sur l’arboretum Morgan, une réserve forestière méconnue de l’Ouest-de-l’Île de Montréal, où la plupart des essences indigènes d’arbres du Québec sont représentées. Propriété de l’Université McGill, le site se visite en ski de fond, en raquette ou à pied, 363 jours par année. Les toutous sont également les bienvenus, à condition que leur maître soit membre et qu’ils ne lèvent pas la papatte n’importe où.
morganarboretum.org 


En route vers le gravel bike

velo gravel bike berthier © Jimmy Vigneux

À tous les impatients du vélo de route qui ont des fourmis dans les jambes et que le fatbike hivernal n’a pas rassasiés, mars et avril seront des mois de libération, selon la région du Québec et… les humeurs de la météo. Puisque les routes seront certainement encore marquées par l’hiver, mieux vaut alors opter pour un polyvalent gravel bike. Quel itinéraire choisir? En voici trois dans le sud du Québec : le circuit des îles de Berthier (Lanaudière), un réseau de 80 kilomètres à cheval sur le fleuve; les rangs et routes de La Petite-Nation et de la Lièvre (Outaouais) et leurs 14 circuits cyclables (petitenationlievre.qc.ca); et la route Frelighsburg-Sutton (Cantons-de-l’Est), pour se stimuler davantage le mollet sur des routes lisses. 


Montagnes russes alpines

L’histoire nous enseigne que les Vikings ont débarqué à Terre-Neuve, mais pas au Québec. Pourtant, au mont Saint-Sauveur, ce peuple nordique est à l’honneur avec une attraction quatre saisons qui porte leur nom, sorte de luge montée sur rails. À bord de ces toboggans lâchés sur un circuit incliné et tout en courbes, vous atteindrez facilement (et en toute sécurité) des vitesses élevées. Sensations fortes garanties… que les Vikings n’auraient pas dédaignées!
parcaquatique.com 


Gonflé à bloc sur des rapides

Le Québec compte pas moins de 4500 rivières, dont certaines sont secouées par des vagues et des rapides hors du commun. Si les crues abondantes du printemps peuvent rendre les cours d’eau très techniques en kayak, les descendre en raft est plus accessible et... tout à fait exaltant! Outre les réputées rivières Rouge, Jacques-Cartier (section Tewksbury), Haute-Gatineau et Mattawin (rapide des Cinq), d’autres sites moins connus demeurent tout aussi intéressants. Pour découvrir lesquels : Le Québec, paradis de l'eau vive !


Soigner sa chute… d’eau

Parc regional des 7 chutes © Jimmy Vigneux

Ceux qui craignent de chevaucher des rivières printanières peuvent toujours suivre leur cours en raquette — ou en bottes, selon l’état des sentiers. À cet égard, le parc régional des Sept-Chutes, dans Lanaudière, mérite le détour. Au départ du centre d’accueil, vous longerez la tumultueuse rivière Noire pour arriver au bas de la chute Le Voile de la Mariée (60 m). Le sentier mène ensuite vers le petit lac Guy et le lac Rémi. Enfin, pour prendre de la hauteur, poussez la marche vers les crêtes rocheuses du mont Brassard (650 m).
parcsregionaux.org/parc-regional-des-sept-chutes 


Cabane et pain de sucre

Après les abus à la cabane à sucre, une petite randonnée digestive est de mise. Au Bistreau d’érable, à Sainte-Lucie-de-Beauregard (Chaudière-Appalaches), on fait les deux et on peut parcourir l’érablière en raquettes, puis tenter l’ascension du bien nommé mont Sugar Loaf (650 m) pour jouir d’une belle vue sur les collines appalachiennes.
bistreauderable.com 


L’affaire est Chocolat à Pâques

Malgré les apparences, l’un des points culminants du parc régional du Massif du Sud (Chaudière-Appalaches), le mont Chocolat (717 m), demeure très accessible. La récompense au sommet : deux percées à travers la pinède offrant une vue imprenable sur les contreforts des Appalaches. Un bon site pour s’offrir une fondue chocolatée, à l’aide d’un réchaud!
massifdusud.com 


Raquetteurs en herbe… boréale

Randonnées raquettes chez Herboréal © Herboréal

À Saint-Fulgence (Saguenay–Lac-Saint-Jean), Herboreal propose des excursions en raquettes pour aller cueillir des herbes boréales hivernales, en compagnie d’un herboriste, avant de concocter une tisane ou un onguent bio. Écorce de mélèze, conifère, cèdre blanc et genévrier n’auront plus de secrets pour vous! Jusqu’au 31 mars, sur réservation (5 personnes minimum), 20 $.
herboreal.ca 


Aurores boréales dans le Québec austral

Aurores Boreales au Quebec St David © Andre Fortin

Souvent associées aux lointaines latitudes, les aurores boréales apparaissent pourtant un peu partout au Québec. Avec février, septembre et octobre, mars est d’ailleurs l’un des mois les plus propices à leur observation, notamment à Saint-Michel-de-Bellechasse (Chaudière-Appalaches), au parc national du Bic (Bas-Saint-Laurent), à Saint-David-de-Falardeau et La Baie (Saguenay–Lac-Saint-Jean), ou encore dans la réserve faunique des Laurentides et au parc du Mont-Mégantic (Cantons-de-l’Est), première réserve de ciel étoilé au monde. Une chasse aux aurores boréales fructueuse passe d’ailleurs par l’absence de pollution lumineuse, un ciel dégagé et une lune timide. 
facebook.com/AuroraQuebec 


Espaces vous propose également : 

>> 13 trouvailles plein air pour vivre l'hiver au fond

Commentaires (0)
Participer à la discussion!