Rechercher dans le site espaces.ca
White Lips 2017 © Fred Tougas

White Lips : Les nouveaux visages féminins du hors-piste

Les Québécois sont de plus en plus nombreux à se mettre au ski hors-piste, y compris chez les filles, qui veulent elles aussi gouter à la poudreuse. Pour s’y initier, plusieurs évènements 100 % féminins ont vu le jour, comme le White Lips, à Murdochville. Voici 5 portraits de participantes qui ont attrapé la piqûre.

Julie Betelu, skieuse d’origine française, forfait apprentissages avancés

Ski hors-piste au féminin ©Julie Betelu

« Toute ma jeunesse, j'entendais parler du ski de randonnée, mais pour moi c'était réservé à une élite, les montagnards aguerris et autres alpinistes chevronnés. Je me contentais de skier en hors-piste dans les domaines de ski des Alpes : pas besoin de peau d’ascension pour y accéder. Il y a trois ans, mon copain qui pratiquait depuis son adolescence, m'a proposé de me montrer et d’aller faire la traversée du glacier Wapta, en Alberta. J'ai essayé, j'ai adoré.

J’ai entendu parler du White Lips par une publication des Chèvres de Montagne sur Facebook. Je voulais me prouver que je pouvais être autonome et ne pas attendre après mon chum. Et je voulais prendre du plaisir à skier. Mission accomplie! Les trois journées de ski ont été géniales... La météo était douce, les pique-niques délicieux, le yoga apprécié. Au départ, j'avais des appréhensions, mais dans mon petit groupe, il y avait une ambiance de bonne camaraderie très agréable! Et se laisser guider, n'avoir rien à gérer... wow! » 


Fabiana Fortes, skieuse d’origine brésilienne, forfait initiation au ski hors-piste

Ski hors-piste au féminin © Fabiana Fortes

« Il y a quelques années, j'ai fait un premier voyage hors-piste à Lac Louise, avec mon copain, et je suis tombée en amour avec les paysages et le côté “aventure”, les nuits en cabane, faire fondre de la neige pour l'eau potable, etc… Après cette expérience, je voulais en savoir plus pour passer plus de temps dans des endroits semblables. Et comme mon copain et des amis avaient séjourné dans les Chic-Chocs ces dernières années, je voulais moi aussi gouter au plaisir du backcountry.

En général, le ski et le snowboard sont des activités plus populaires chez les gars. Même si j'aime être en plein air avec les boys, il est plus difficile de trouver d'autres filles pour rider ensemble. C’est pourquoi j’ai voulu participer au White Lips. C’est l’fun d'être avec d'autres filles avec qui on peut partager des défis similaires, on se comprend et on se soutient. En plus, on trouve ça cool que la couleur de nos skis et des bottes aille bien ensemble! La cerise sur le gâteau : le vol en hélicoptère pour aller skier sur le mont Porphyre. C’était malade ! » 


Emilie Hamel, skieuse, forfait ski et plaisir

Ski hors-piste au féminin © Emilie Hamel

« J’ai commencé à skier à l’âge de 2 ans avec ma famille. J’ai par la suite adhéré au Club de compétition du Mont Sutton. Après plusieurs années en tant que coureuse, je me suis blessée sérieusement à un genou et j’ai dû arrêter. Je suis également devenue blasée du ski en station : avec les conditions météorologiques des dernières années, je trouvais que toutes les descentes se ressemblaient. Je me suis même questionnée à savoir si j’aimais encore le ski. Le ski hors-piste m’est apparu comme une bonne alternative. Il y a beaucoup moins de monde qu’en station, les conditions sont souvent meilleures et je peux aussi amener mon chien avec moi. C’est également plus physique et ça me procure un bon entrainement. Au final, c’est moins de quantité et plus de qualité !

J’ai entendu parler du White Lips par l’une de ses ambassadrices et j’ai été séduite. Dans un évènement 100 % féminin, il n’y a pas de compétition. Tout le monde est là pour s’amuser, s’entraider et apprendre ensemble. L’atmosphère est à la collaboration pour maximiser l’expérience de chacune. Et le ski est souvent épatant. J’ai ainsi adoré ma deuxième descente du Mont Lyall. Après une ascension difficile, le slogan Earn your turns a pris tout son sens. Une superbe descente dans la poudreuse où j’ai vraiment fait du beau ski. Merci à l’ambassadrice Pascale Vézina qui a vraiment su me mettre en confiance! » 


Pascale Vezina-Rioux, skieuse, ambassadrice d’un groupe avancé

« Je fais du ski depuis plusieurs années et j'avais besoin d'un nouveau défi physique et technique, l'envie profonde de partir explorer des terrains peu skiés. J’ai reçu une paire de fixations pour Noël. C'était le bon moment pour faire le saut et m'équiper de peaux et de skis pour le hors-piste. Ce qui m'a donné la piqure: le fait de partir à l'aventure chaque fois, de partager des moments uniques, en plein air et avec un petit groupe d'amis, de pousser mes limites physiques et techniques... 

C'est mon bon ami Nikola Falardeau-Drouin qui organise le White Lips depuis 4 ans, et j'avais hâte de m'y impliquer. Mon rôle en tant qu'ambassadrice est d’animer et d’être la référence pour répondre à toutes les questions de mes 8 participantes. Je dois aussi les guider dans le secteur hors-piste visé, gérer les problèmes d'équipement, les différences de niveaux techniques ou de forme physique des filles. On se crée ainsi une petite équipe féminine qui sera tissée serrée tout au long du weekend.

Je m'attendais à vivre une expérience en tant que guide et ce, à un niveau encore jamais expérimenté.  C'est ce que j'ai vécu, en plus de des moments spéciaux avec de nombreuses filles d'autres groupes.  J'ai découvert l'histoire de skieuses qui ont du vécu et de belles aventures à raconter, comme la descente nocturne au flambeau dans des conditions parfaites de pistes damées, ainsi que les moments de dépassement de soi d'une participante. Apprendre entre filles, c'est apprendre différemment et dans une ambiance propre à celle que les filles vont créer.  Elles peuvent se donner des défis plus grands en voyant les autres se dépasser. Elles ont aussi leur propre sens de l’humour et leur façon de performer: elles s'encouragent et prennent un grand plaisir à voir chacune réussir. » 


Marie-Christine Lussier, planchiste, ambassadrice d’un groupe initiation

Ski hors-piste au féminin © Marie-Christine Lussier

« Je suis allée à Murdochville avec des amis qui m'avaient dit de laisser mes raquettes chez nous, "parce que c'est toujours tracé de toute façon"... Pendant l’ascension en splitboard, on s'enfonçait jusqu'aux genoux dans la neige; en descente, je suis tombée cent fois. J'avoue ne pas avoir été conquise par ma première expérience de backcountry. J'adore le snowboard, mais j'aime aussi le ski de fond et la randonnée en montagne. Le splitboard en hors-piste est la rencontre entre ces sports. À faire autant d'efforts pour atteindre le sommet, la descente est la récompense ultime. Chaque virage est bien senti. On prend le temps de s'arrêter entre deux virages pour s'extasier de notre run. Bref, on en profite! En Gaspésie, la vue imprenable sur les sommets enneigés est une autre bonne raison de pratiquer ce sport. Ça, et la poudreuse vierge!

L’ambassadrice est comme la chef d'orchestre de son groupe de participantes, durant tout le weekend. Elle prend le pouls de chacune et son plan est d'unifier un groupe d’individus qui n'ont ni les mêmes attentes, ni les mêmes expériences antérieures, pour que toutes vivent une expérience positive. L'ambassadrice doit surtout être énergique et motivante quand la fatigue se fait sentir, et être une petite mère quand la zone de confort fout le camp! À chaque fois, je suis ébahie de voir à quel point les filles sont positives entre elles: elles s'entraident, s'encouragent, se respectent, sont fières l'une de l'autre et ne baissent pas les bras facilement. Les filles sont là pour les bonnes raisons: tripper et se dépasser. C'est vraiment beau à voir et surtout, ça fait du bien! »


Le White Lips en chiffres :

white-lips.com

Espaces vous propose également :

>> Ski hors-piste : outils de survie

>> L'ascension à ski dans la peau

>> Top 10 du hors-piste québécois

Commentaires (0)
Participer à la discussion!