Rechercher dans le site espaces.ca
  • Montage Instagram

Instagram : 7 comptes de hors-piste à suivre au Québec

Ils sont (presque tous) jeunes, avides de neige fraîche et soucieux de partager leurs expériences en hors-piste sur Instagram. Voici 7 comptes québécois à suivre pour se mettre de la poudre plein les yeux.

@tipats

Enseignant au département de multimédia du Cégep de Matane, Patrick Gauthier, 33 ans, a été photographe de ski hors-piste au Chic-Chac, caméraman pour Les Trésors cachés de la Gaspésie et pilote de drone pour Xflydrone. Depuis 2012, il sévit également sur Instagram en bombardant allègrement son compte de jolis clichés captés en Gaspésie, principalement aux monts McGerrigle, Albert et Chic-Chocs, ainsi que dans la réserve faunique de Matane. « Je cherche à mettre de l’avant les plus beaux paysages gaspésiens, à faire connaître ce petit paradis du plein air au Québec et à donner envie aux gens de venir habiter ici », explique-t-il. Outre son compte perso, @tipats gère aussi @gusthevan où il documente sa vie de vanlifer. Ces six derniers mois, il a d’ailleurs loué sa maison pour habiter à temps plein dans sa fourgonnette afin de se rapprocher du camping, du plein air et… éventuellement partir dans l’Ouest canadien, où il a déjà séjourné un an. Récemment, Radio-Canada lui a d’ailleurs consacré un reportage, qu’on peut visionner en cliquant ici.


@theloners

Éparpillés sur la Rive Nord de Montréal, les membres de ce collectif de skieurs et de planchistes présentent photos et courts films contemplatifs de Charlevoix et de la Gaspésie, mais aussi des Laurentides, de Lanaudière, des Cantons-de-l’Est et de la région de Québec. Présents sur Instagram depuis janvier 2018, ils ont tous autour de 20 ans et affichent un goût prononcé pour l’exploration de lieux méconnus, y compris hors Québec, comme les monts Mealy (Labrador), qu’ils ont investis en compagnie d’une autre bande de joyeux instagrammeurs, ceux de @estski (voir plus bas). Ils songent à élargir leur champ d’intérêt au plein air en général, y compris l’été, où ils comptent documenter leurs aventures estivales de randonnée, d'escalade et de surf avec une approche relativement semblable à celle empruntée l’hiver. Et ils préparent justement un projet de documentaire sur les montagnes charlevoisiennes. À suivre…


À lire aussi : Vidéo de ski hors-piste au Labrador


@aude.north

Quand elle ne s’occupe pas de son salon de coiffure de Maria, dans la baie des Chaleurs, Audrey Normandeau, 26 ans, empoigne son splitboard et part à l’assaut des montagnes gaspésiennes. Présente depuis 2012 sur Instagram, cette résidente de Carleton-sur-Mer a commencé à alimenter son compte avec des photos de son train de vie avant de se concentrer sur le plein air, à mesure qu’elle se familiarisait avec le parc de la Gaspésie, les Chic-Chocs et les monts côtiers de la péninsule. Mais elle se promène aussi un peu partout au Québec avec Norbert, la van de son copain, y compris l’été pour s’adonner au vélo de montagne, au kayak, à la rando et à la course – des activités qu’elle présente pour inciter les gens à aller jouer dehors et à apprécier leur chez-eux.


À lire aussi :  Les meilleurs comptes Instagram plein air à suivre au Québec


@vieillespô

Contrairement à ce qu’on serait porté à penser, ces Vieilles Pô n’ont pas toutes atteint le bel âge, et elles ne sont pas uniquement issues de la gent féminine. Âgés de 25 à 54 ans, les membres de ce groupe d’Instagrammeurs sont constitués à 68 % de femmes, et elles s’adressent principalement à celles qui veulent se dépasser, qu’elle soient novices ou confirmées. Présentes sur Instagram depuis novembre 2016, les Vieilles Pô se considèrent comme un catalyseur d’énergie dans la communauté laurentienne, depuis leur camp de base de Saint-Sauveur. C’est de là qu’elles enfilent leurs peaux d’ascension pour gravir les monts Olympia, Saint-Sauveur, Morin-Heights, Tremblant, Avalanche, Kaaïkop et autres montagne Noire ou centre La Réserve, dans Lanaudière. Ce qui ne les empêche pas pour autant d’aller fricoter du côté des Cantons-de-l’Est, du Saguenay, de Charlevoix et de Gaspésie, voire de l’Argentine et du Japon. Quand elles ne font pas dans le hors-piste, les Vieilles Pô traitent enfin d’aventure en général, de voyages, de planche à pagaie, de vélo et de tout ce qui incite à bouger et à repousser ses limites, idéalement hors des sentiers battus, afin d’ultimement démocratiser le sport et le plein air.


À lire aussi : Les nouveaux visages féminins du ski hors-piste


@estski

Dirigé par un duo mais alimenté par une dizaine de collabos, ce compte est le pendant Instagram d’Estski, le « média spécialisé ski hors-piste dans l’est de l’Amérique du Nord ». Selon les saisons, les tempêtes et autres humeurs météorologiques, le territoire couvert par ces ski bums en quête de faceshots de poudreuse va des monts Groulx aux Laurentides en passant par les Cantons-de-l’Est, Charlevoix, la Gaspésie ou la Nouvelle-Angleterre, c’est selon – en autant qu’il y ait du hors-piste skiable à se mettre sous les planches. Et quand ils ne parlent pas de ski hors-piste, les membres d’Estski… ne parlent pas du tout : c’est là leur seul et unique créneau, et ils le remplissent bien.


@skifelix

Maniaque de ski hors-piste et de montagnes, Félix Côté-Savard, 28 ans, vit à Sainte-Agathe-des-Monts et ses environs depuis 9 ans, question de s’offrir le plus souvent possible les Chic-Chocs ou le mont Albert sur un plateau neigeux. Avec les photos qu’il publie depuis 2015 sur Instagram, Félix désire montrer au reste du monde la grandeur et le potentiel des sommets québécois. Et s’il part skier sans rapporter d’assez belles prises, il puise dans ses banques d’anciennes photos, sans dire où elles ont été croquées, pour susciter la curiosité. Félix essaie aussi de sensibiliser les gens aux dangers de la montagne – à commencer par les avalanches – tout en les incitant à aller faire un tour dans son coin de pays. « Étrangement, tous ceux qui l’ont fait une fois finissent par revenir! » Et les photos de son compte y sont sans doute souvent pour quelque chose.


À lire aussi : Félix Savard-Côté, du ski hors-piste 137 jours par an


@lebackyard

Tous dans la trentaine, les six membres de cette bande de bouffeurs de poudreuse sévissent maintenant depuis 18 mois sur Instagram, à grands coups de clichés de Chic-Chocs, des cuves du mont Albert, des crêtes du mont Vallières et des flancs enneigés des mines Madeleine. Ce qui ne les empêche pas pour autant de fréquenter les pentes raides et sous-bois de la Zec Batiscan, la via ferraski des Palissades de Charlevoix, les monts Groulx ou les montagnes Blanches. « J'aime la sensation que procure l’exploration des montagnes : parfois on revient bredouille (exténué et sans le moindre virage) et parfois on score des terrains extraordinaires. Dans les deux cas, c'est une journée parfaite! », explique @lucas.a.holmes, le fondateur. Et quand la neige est fondue, que retrouve-t-on sur ce compte? De la longue rando, du camping sauvage, du surf, de la voile et même des recettes pour gastro-campeurs, toujours avec en tête une quête de liberté et de solitude, et le besoin de vivre le moment présent le plus intensément possible, en symbiose avec les éléments.


À lire aussi : Via ferrata pour grimper, ski hors-piste pour descendre

Commentaires (0)
Participer à la discussion!