Rechercher dans le site espaces.ca
  • © Christian Savard / Tourisme Québec

Kayak de mer au Québec : 5 itinéraires triés sur le volet

Activité qui ne sera pas un constant casse-tête de distanciation physique, le kayak de mer s’avère un choix tout indiqué, cet été. Voici, triés sur le volet, 5 itinéraires pour pagayer au Québec sans se piler sur les pagaies.

De l’île d’Orléans à Grosse-Île

Québec – Chaudière-Appalaches

Faire coïncider son déconfinement sur l‘eau avec l’exploration d’un archipel qui est passé à l’histoire pour avoir reçu en quarantaine des milliers de nouveaux arrivants est à la fois intrigant et anecdotique, avouons-le.

À partir du quai de Saint-François, sur l’île d’Orléans, on pointe vers l’est en longeant l’île au Ruau, qui exhibe un spectaculaire banc de sable de près de 3 kilomètres, à marée basse, au sud. Puis se dessine la Grosse-Île, devenue célèbre lors de la pandémie de choléra au début du 19e siècle. Il faut cependant prévoir des frais si l’on décide de profiter de l’interprétation sur ce site de Parcs Canada.

Cette sortie sur le fleuve St-Laurent, qui peut totaliser 25 kilomètres, comprend des facteurs de courants et de marées; il convient donc de choisir une fenêtre météo idéale. « Les conditions sont changeantes sur le fleuve; les pagayeurs devraient au minimum détenir un niveau 2 de Canot-Kayak Québec pour cette sortie » précise l’aventurier Sébastien Lapierre, qui affectionne cette sortie près de la Capitale nationale. Cet itinéraire se pratique en autonomie en une journée.


Parc national du Bic

Bas-Saint-Laurent

Site exceptionnel et havre maritime historiquement reconnu, le littoral du parc national du Bic est réputé pour en offrir beaucoup aux pagayeurs. La faune marine (surtout les phoques) et les oiseaux s’invitent souvent lors d’une excursion dans le Havre-du-Bic. Quelques arrêts sont à prévoir pour accoster sur des archipels, cayes et infrastructures environnantes, notamment le salon de thé Lyman, ancienne maison d’été entourées de rosiers sauvages.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Sarah Laurendeau (@sarah.laurendeau) on

L’eau est froide à l’année dans ce secteur; ceux qui sortent en autonomie doivent être équipés de combinaisons isothermiques. Même protégé, le Havre affiche souvent des conditions de mer similaires au fleuve (vents, courants, houle) qu’il faut savoir gérer. Le pourvoyeur Aventures Archipel offre jusqu’à trois sorties guidées par jour. Il est possible de camper au parc national (en temps normal) pour agrémenter l’expérience.


Lac Walker, réserve faunique de Port-Cartier-Sept-Îles

Côte-Nord

Bien caché à l’intérieur des terres de la région de Port-Cartier, ce lac glaciaire (le plus profond au Québec) comprend des parois rocheuses accidentées s’élevant à près de 300 mètres. Ce joyau engouffré, qui surprend par son allure digne d’un fjord, s’explore sur près de 30 kilomètres et il est interconnecté avec des émissaires qu’il ne faut pas manquer de visiter. Sa géologie et son axe font en sorte qu’on peut y trouver un fetch (vent déferlant) qui peut surprendre à tout moment; les conditions peuvent se modifier fissa.

Situé dans une réserve faunique, un camping de 50 sites (avec ou sans services) longe ses rives. Outre la pêche, la randonnée pédestre avec passerelle menant à la chute MacDonald est à planifier.

 


À lire aussi: Îles-de-la-Madeleine : 5 belles randonnées en kayak de mer


Le fjord du Saguenay

Saguenay – Lac-Saint-Jean

Incontournable paradis du kayak de mer, le fjord du Saguenay a beaucoup à offrir, des vertigineuses parois jusqu’aux bélugas curieux. Un secteur offrant une expérience hors du commun est celui de l’île Saint-Louis et de la baie Sainte-Marguerite (interdite à la navigation, mais qu’on peut longer), reconnue comme la pouponnière de la baleine blanche.

Pour ses particularités maritimes, le parc marin Saguenay-Saint-Laurent (qui s’étend de Sainte-Rose-du-Nord jusqu’à Tadoussac) se pagaie idéalement avec un guide. Les kayakistes en autonomie doivent pour leur part être expérimentés, bien équipés et être munis de cartes du secteur; c’est un cours d’eau qui sait se faire respecter. Des sites de camping sauvage stratégiquement positionnés peuvent être réservés dans le parc national du Fjord-du-Saguenay, qui s’étend de part et d’autre du fjord.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Wade Gapes (@wadewatergapes) on

À partir de l’anse Saint-Étienne de Petit-Saguenay, le pourvoyeur Organisaction offre des sorties guidées. « Nous travaillons déjà aux mesures spécifiques de désinfection, de ratios d’encadrement minimisés et d’infrastructures spécifiques pour respecter les mesures émises par la santé publique et offrir un contexte plein air sécuritaire à nos clients » confie Louis Tremblay Poirat, co-propriétaire de l’entreprise. Aussi gestionnaire d’une boutique spécialisée en plein air, Organisaction est à même de constater un engouement hâtif envers les sports nautiques (kayak, canot et surf à pagaies) pour cet été pour le moins particulier.


Îles de Sorel

Montérégie

Sillonner à vau-l’eau la centaine d’îles de Sorel constitue une expérience accessible et enrichissante. Unique en son genre, ce chapelet insulaire compte d’innombrables oiseaux – dont la plus grande héronnière au monde – et des marais exposant un habitat humide des plus singuliers.

Il faut prévoir une sortie tôt le matin ou tard en journée, laquelle optimise les conditions maritimes et minimise l’affluence des bateaux à moteur. Le pourvoyeur Kayakalo, situé au Domaine Boréal, à Sainte-Anne-de-Sorel, offre des sorties guidées. « Les sorties au lever de soleil avec un arrêt aux îlets Percés, dont le départ s’effectue vers 4 h 30, sont exceptionnelles, mais d’autres forfaits en mi-journée et au crépuscule sont aussi offerts », explique Martin Letendre, le propriétaire. Ce dernier est à peaufiner la construction d’une station de nettoyage et de désinfection de l’équipement; l’adaptation d’infrastructures pour se conformer à la distanciation physique est aussi au menu.


Mise en garde

Même si les autorités de la santé publique ont donné leur feu vert à une reprise partielle des activités en plein air, cela n’indique pas que les activités guidées, offertes par des pourvoyeurs, seront disponibles instantanément. D’ici là, les néophytes doivent se montrer prudents et connaître leurs limites.

Philippe Beauchamp, coordonnateur des opérations techniques chez Canot Kayak Québec, rappelle que toute activité nautique doit se faire de façon sécuritaire, selon ses capacités. « Même si les formations techniques sont sur pause, beaucoup d’information est disponible en ligne sur le site de l’association Canot Kayak Québec (canot-kayak.qc.ca) », rappelle le formateur en martelant que le port de la veste de flottaison individuelle (VFI) est incontournable.

Enfin, même en temps de pandémie, le port du masque de protection est à éviter sur l’eau puisqu'il accroit considérablement le risque de noyade en cas de dessalage.


À lire aussi : Canot-camping : 7 destinations de rêve 

Commentaires (0)
Participer à la discussion!