Rechercher dans le site espaces.ca
  • © Catalin Sandru, Unsplash

Conseils pour bien profiter de l'hiver, dehors, avec son chien

L’hiver, bien des humains préféreraient hiberner et ne se réveiller qu’au printemps, surtout en ces temps pandémerdiques. Si tu es comme moi, tu dois cependant préférer vouloir profiter de la saison froide pour batifoler dans toute cette belle neige. Mais comment pratiquer tes activités en toute sécurité, sans te geler la truffe et les coussinets? Voici mes trucs.

 

Rester au chaud par temps très froid


© Alex Ware, Unsplash

Lorsque le mercure chute, tu dois souvent adapter la durée de tes sorties à ta tolérance au froid, qui peut varier selon l’épaisseur du manteau de fourrure naturel que tu portes sur ton dos. Ton ami Joe le husky sera probablement heureux de passer de longs moments dehors, tandis qu’Oscar le teckel voudra peut-être aller faire une courte marche dans un sentier bien déneigé, pas partir en raquettes pendant plusieurs heures.

Pour passer plus de temps dehors, un manteau te permettra de garder ta chaleur et de petites bottes adaptées à tes pattes préviendront les engelures et les gerçures dues à la glace ou aux déglaçants, en plus d’empêcher la neige (et encore la glace) de s’accumuler entre tes coussinets. Autre conseil : si c’est trop froid pour tes humains, ça risque de l’être aussi pour toi, alors pas question de partir en raquettes et de te faire reléguer devant le refuge pendant qu’eux se chauffent la couenne à l’intérieur.


© Puneeth Shetty, Unsplash

Pas le temps de jouer au patineur étoile

De façon générale, évite la glace, les rivières et les étangs. Tu as peut-être toujours rêvé d’être un danseur étoile, mais rien ne garantit que la glace supportera ton poids, même si tu es un chihuahua – surtout en début ou en fin de saison hivernale. Si tu tombes à l’eau, tu risqueras ta vie, et comme le réflexe de tes humains sera de sauter à l’eau pour te sauver, ça risque de mal finir.

Si tu t’aventures sur un lac, vérifie l’épaisseur de la glace et, surtout, ne va jamais près de l’embouchure d’une rivière ou d’un ruisseau qui l’alimente, car ce sont des zones qui ne gèlent jamais complètement. Ne te fie surtout pas aux pêcheurs sur glace, car ils peuvent être téméraires. Tu ne voudrais pas finir sous l’eau comme une truite congelée, n’est-ce pas?


© Darby Lee, Unsplash

Gare à l’hypothermie

Même si notre température corporelle, à nous les chiens, est plus élevée que celle des humains (environ 38,5 °C contre 36,5 °C), dès qu’elle diminue, on risque de souffrir d’hypothermie. Comment savoir si tu en fais? Tu pourrais être plus fatigué, avoir des frissons apparents, sentir tes muscles plus raides, être aux prises avec une respiration rapide et peu profonde, et tes gencives pourraient être décolorées ou bleues. 
Dans ces cas, va d’abord te réfugier au chaud et demande à ton humain de t’enrouler dans une couverture — idéalement réchauffée au préalable dans la sécheuse ou au séchoir à cheveux — puis de placer une bouillotte d’eau chaude sous ton poitrail pour apaiser tes organes vitaux, si possible. Dans les cas sévères, rends-toi illico chez le véto.

Fichues engelures

Certaines parties de notre anatomie sont plus susceptibles d’être affectées par les engelures : nos pattes et nos oreilles, bien sûr, mais aussi notre queue. Comme on ne porte ni tuque ni cache-oreilles, il faut être doublement prudent.

Pour détecter une engelure, on regarde d’abord s’il y a décoloration ou raideur des membres, ou on cherche la présence d’œdème ou de douleur quand on touche aux oreilles, aux pattes ou à la queue. Attention : des ampoules et de la peau ulcérée ou noircie sont des signes qu’il faut rapidement consulter un vétérinaire pour limiter les dommages; ici, le mot d’ordre est vigilance.

Cela dit, si tu détectes une engelure, demande à ton humain de mettre immédiatement à l’abri, pour te réchauffer et laisser dégeler tranquillement les membres transis, le tout sans les frotter, car ça pourrait être douloureux. Si tu as la chance d’avoir accès à un feu de foyer, couche-toi près de l’âtre. Si, malgré tout, tes engelures continuent de te faire souffrir, appelle ton vet’ pour minimiser les dégâts.


À lire aussi : 11 endroits où jouer dehors avec son chien cet hiver au Québec


L’hiver façon COVID


© Gary Sandoz, Unsplash

Comment sortir ton humain de sa torpeur et l’inciter à jouer dehors, pour le bien de sa santé mentale et pour la tienne?

Voici des astuces canines pour te transformer en coach santé et pousser ton bipède à marcher dans le bois ou faire de la raquette.

  • Installe-toi avec ta laisse ou ton harnais sur le bord de la porte et fixe intensément ton humain; si ça ne fonctionne pas, pose ta papatte sur sa cuisse et arbore ton plus convaincant regard de chien piteux.
  • Fais un pacte avec ton humain pour compléter au moins 30 minutes d’exercice deux fois par jour, moyennant que tu le laisses tranquille pendant ses réunions Zoom.
  • Négocie avec lui pour de plus longues sorties le week-end. En semaine, tu peux te contenter d’aller dans un parc près de chez toi ou d’explorer les ruelles de ta ville. Mon amie Clothilde, qui habite Granby, s’est donné comme mission d’arpenter toutes les rues de son quartier; tu pourrais faire de même si tu habites à Rimouski, Sept-Îles ou Gatineau : c’est une façon ludique d’explorer ton coin de pays tout en restant dans ta zone.
  • Si la motivation de tes humains se négocie en plaisirs gustatifs comme la tienne en croquettes, promets-lui un chocolat chaud au retour de vos sorties. En prime de toutes ces belles escapades : vous bénéficierez tous deux d’une forme du tonnerre à la fin de l’hiver.
Commentaires (0)
Participer à la discussion!