Rechercher dans le site espaces.ca
  • © Adobe Stock

Les 10 commandements du campeur hivernal

Intimidant pour plusieurs, frigorifiant pour d’autres, le camping d’hiver s’apprivoise pourtant avec un minimum de préparation et quelques trucs d’initiés. Pour profiter de l’hiver sous la tente, tirez donc avantage de nos 10 commandements du campeur hivernal.

1. La bouillotte tu utiliseras

C’est certainement l’astuce la plus réconfortante du lot. Peu avant d’aller vous coucher dans votre sac de couchage, insérez au fond de celui-ci une bouteille étanche d’un litre — de type Nalgene — remplie d’eau bouillante… et bien fermée!

Encore mieux, utilisez aussi un étui isolant pour éviter les brûlures et maximiser l’effet.

Quand viendra le temps d’aller dormir, le sac de couchage sera déjà chaud et vous pourrez placer la bouteille à vos pieds ou sur votre abdomen, selon le besoin au fil de la nuit. Le matin venu, une boisson tiède sera prête à consommer avant même que vous sortiez de votre douillet cocon!


À lire aussi : 10 conseils pour débuter en camping d'hiver


2. Le matelas de sol tu n’oublieras pas

C’est trop souvent l’accessoire négligé. Encore plus en camping d’hiver, alors que s’isoler du sol froid est primordial.

Portez donc une attention toute particulière au type de matelas que vous utiliserez, car le meilleur des sacs de couchage devient quasi inefficace quand le refroidissement par conduction fait son œuvre.

Choisissez un modèle adapté à votre morphologie et n’hésitez pas à jumeler des matelas ensemble pour plus d’isolation. Un matelas en mousse à cellules fermées de type Evazote, combiné à un matelas gonflable de type Exped ou Therm-A-Rest, vous évitera de vous réveiller en frissonnant. 


© StockSnap, Pixabay

3. L’humidité tu contrôleras

L’idée est contre-intuitive : laisser la tente ouverte par -30 °C. En fait, elle vise à s’assurer que la ventilation de l’habitacle est adéquate, question d’éviter que l’humidité devienne un problème.

D’ailleurs, les tentes hivernales sont souvent dotées d’ouvertures judicieusement placées pour permettre la circulation de l’air. Emportez aussi une brosse souple (une brosse à ongles fonctionne bien) pour enlever le givre des vêtements, du sac de couchage et des autres accessoires, au besoin. Vous éviterez ainsi que la glace formée fonde et vous complique la vie. Pour finir, une règle d’or : ne jamais vous endormir en respirant (et surtout en expirant) dans votre sac de couchage! 

4. Les calories en quantité tu consommeras


© Adobe Stock

Loin de toute source de chaleur, vous devrez compter sur votre activation et la consommation de nourriture pour que votre corps crée de la chaleur. D’où l’importance de fournir du carburant en quantité à votre organisme.

Ne négligez pas votre apport calorique en camping d’hiver. Lipides et glucides seront les indispensables combustibles de votre fournaise interne!

Adaptez votre alimentation en conséquence et augmentez le nombre de calories ingérées selon vos aventures. Pensez que si 2000 calories suffisent quotidiennement au commun des mortels, les explorateurs polaires ingèrent jusqu’à 7000 calories par jour, par grand froid et à l’effort…

5. La doudoune tu enfileras

Pièce maîtresse du système de vêtements pour le camping d’hiver, la doudoune synthétique ou en duvet est un incontournable.

Véritable « thermos » à l’arrêt, le manteau isolé permet la conservation de la chaleur et, surtout, il rend le séchage des autres vêtements possible. Car la réelle façon de faire en camping d’hiver est d’arriver à sécher sur soi les vêtements rendus humides dans l’action.

Une fois au camp, enfilez votre doudoune; les vêtements sécheront graduellement durant la préparation du camp pour la nuit.

Évitez absolument le coton et tirez avantage de la combinaison de vêtements en matières synthétiques et en laine mérinos.


À lire aussi - Camping d'hiver : Bonheur ou malheur ?


6. Assez de carburant tu prévoiras

Source de chaleur externe essentielle à la préparation des repas, un réchaud efficace en condition froide (qui aura été testé au préalable) deviendra vite inutile sans suffisamment de carburant. D’où l’importance de bien faire ses calculs avant de partir et de prévoir de l’extra.

En hiver, alors que la fonte de neige est nécessaire pour obtenir de l’eau, il faut généralement calculer 1/3 de litre de gaz blanc (naphte) par personne et par jour.

De façon générale, oubliez les réchauds à cartouche : sous le point de congélation, le froid empêche les mélanges de butane-propane de se vaporiser efficacement. Les réchauds à gaz liquide sont donc à prioriser. 

7. Une tente robuste tu choisiras


© Todd Diemer, Unsplash

Pour une nuit occasionnelle en camping hivernal, pratiquement n’importe quelle tente fera l’affaire. Mais pour un usage plus régulier, mieux vaut se procurer une véritable tente quatre-saisons, bien plus efficace et confortable.

Plus robuste et plus vaste, ce type d’abri offre au surplus une meilleure protection contre le vent, et ses surfaces sont conçues pour minimiser l’accumulation de neige.

Forcément plus coûteuses à l’achat, ces tentes possèdent néanmoins des propriétés qui vaudront leur pesant d’or par -40 °C ou s’il tombe 1 mètre de neige durant la nuit.  

8. Tes extrémités tu protégeras

Quand les journées et les nuits au froid s’accumulent, la prévention des engelures est à mettre en haut de la liste des essentiels.

La protection des mains et des doigts est à prioriser, surtout en tenant compte des nombreuses tâches à effectuer en camping d’hiver : monter la tente, partir le réchaud, manipuler les équipements, manger…

Pratiquez-vous avant d’être dans l’action au froid. Vous pourrez alors tester vos gants ou vos mitaines – et aussi tout votre équipement, tant qu’à faire –, afin de déterminer s’ils vous permettent de demeurer agile en tout temps sans vous découvrir. 

9. Une pelle tu emporteras

Sans le transformer en fort de La guerre des tuques, vous pouvez facilement rendre votre camp hivernal spacieux et confortable avec un peu d’imagination.

À l’aide d’une bonne pelle à neige (celles destinées à la sécurité en avalanche sont parfaites), creusez un ou des vestibules devant le ou les accès de votre tente pour gagner de l’espace, ou encore construisez une vaste cuisine de groupe, comptoir compris, à l’intérieur de l’habitacle.

Besoin de monter un muret pour contrer la tempête, de tailler des blocs de neige à faire fondre ou simplement d’aplanir le sol sous la tente? Cet outil sera un précieux partenaire. 

10. Doucement les nuits tu cumuleras


© NRKbeta, Unsplash

Avant de rêver à l’Antarctique en solo, planifiez soigneusement vos nuitées hivernales. Commencez par des aventures à proximité d’un endroit accessible et chauffé, comme dans votre cour arrière, sur le terrain de votre chalet ou dans un parc près de chez vous.

Testez différentes conditions et températures, ainsi que votre résistance au froid, puis augmentez graduellement l’engagement de vos sorties et le nombre de nuits, seul ou accompagné.

Vous pourrez alors voir plus grand et planifier des séjours autonomes en milieu sauvage, loin de tout… 

Commentaires (0)
Participer à la discussion!