Rechercher dans le site espaces.ca
  • Photo Tourisme Québec / Vlan Communication

Parc de la Gatineau : le bonheur du vélo, sans les autos

Dans la recherche utopique du lieu parfait pour rouler à vélo au Québec, il en existe peut-être un qui pourrait cocher toutes les cases. Le parc de la Gatineau rassemble, dans un décor forestier et vallonné de 361 km2, plusieurs disciplines du vélo : la route, la montagne et même le gravel bike.

Tout cycliste passionné devrait aller rouler au moins une fois dans sa vie au parc de la Gatineau. C’est, sans conteste, un classique cycliste du Québec, une boucle d’une quarantaine de kilomètres sur les promenades Champlain, du Lac-Fortune et de la Gatineau. 

L’itinéraire, avec ses côtes et 700 mètres de dénivelé positif, n’a pourtant rien d’une promenade de santé. Surtout si vous faites le parcours dans le sens antihoraire : la promenade du Lac-Fortune deviendra alors une longue ascension d’environ 4 km qui vous fera, à coup sûr, monter le palpitant.

Avec la pandémie, les responsables du parc ont eu la très bonne idée d’interdire l’accès des véhicules motorisés, à l’exception du dimanche après-midi, et ce jusqu’au 7 septembre prochain.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by NCC-CCN (@ncc_ccn) on

Il en résulte une sortie des plus réjouissantes, une pause enchantée au cœur de la nature, loin de l’urbanité des villes de Gatineau et d’Ottawa pourtant si proches. On roule sur du bitume impeccable, sans nids-de-poule et agréablement silencieux en l’absence des habituelles pétarades des engins motorisés. Un petit air de paradis cycliste, en somme. 

Et pour l’après-7 septembre, qu’en sera-t-il ? Pour l’instant, on ne sait pas encore si ce projet-pilote sera renouvelé la saison prochaine. On l’espère bien… COVID ou pas COVID.


Du vélo de montagne pour tous les niveaux

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Camp Fortune Official (@campfortune) on

Quoi de mieux, après avoir complété la boucle sur le bitume, que de troquer son vélo de route pour celui de montagne afin d’explorer une autre facette du parc en s’enfonçant davantage dans le bois?

Moins réputé que son homologue pour asphalte, le vélo de montagne a pourtant toute sa place au parc de la Gatineau. Et pas qu’un peu! Pas moins de 90 km de sentiers sont accessibles, sur des chemins partagés avec la randonnée.

La grande majorité d’entre eux sont facilement empruntables pour n’importe quel cycliste débutant ou intermédiaire. Bien signalisés, très roulants, peu fréquentés, ils offrent une bonne première expérience à ceux qui voudraient se lancer dans cette activité.

Pour ceux qui désirent pousser davantage, le Camp Fortune est tout indiqué. Situé à Chelsea, ce centre de ski offre une expérience plus intense et relevée avec des sentiers très techniques, de niveau intermédiaire à expert (avec même quelques sentiers de descente). Les chemins, bien que travaillés, ont gardé leur cachet naturel, avec de nombreuses roches et racines. Cela demande donc un certain niveau de pilotage et de cardio pour y évoluer et apprécier les circonvolutions de la montagne.

Coup de cœur pour le sentier Sunset, qui permet d’explorer quasiment tout le territoire de la station, avec de très beaux points de vue sur la région.

Attention, le nombre de billets journaliers (10 $) est limité à cause de la COVID-19, pour éviter trop d’achalandage dans la station. Pensez à acheter rapidement votre passe journalière.

Certains sentiers partagés (les plus faciles, symbolisés par un rond vert sur la carte) sont tellement peu techniques, larges et couverts de poussières de pierre qu’ils sont parfaits pour rouler avec son gravel bike.


Après l’effort… le réconfort houblonné

Si le parc de la Gatineau garde son lot de défis pour faire chauffer les mollets, il a aussi de quoi rafraîchir le corps, une fois la sortie achevée. La région compte en effet quelques adresses fort intéressantes pour les amateurs de bière :

Pour plus d’informations

Commentaires (0)
Participer à la discussion!