Rechercher dans le site espaces.ca
  • Tourisme Charlevoix / Robert Chiasson

4 itinéraires pour combiner vélo et alcools locaux

Avec la prolifération des microbrasseries, vignobles et autres distilleries artisanales, une virée en vélo peut aussi devenir une belle occasion d’aller goûter ce que le Québec met de mieux en bouteille. Voici quelques savoureuses idées de circuits – à consommer avec modération, bien sûr.

Gins au cèdre, vins nature, bières de garde et liqueurs fines : les beaux bonheurs embouteillés chez nous se multiplient constamment. Si on prend le temps d’aller visiter sur deux roues et à la force du jarret les cidreries, vignobles, microbrasseries et distilleries de chez nous, les rafraîchissements en deviennent d’autant plus mérités.

De la balade presque paresseuse au circuit sérieux pour adeptes de la longue distance, les choix de sorties bien arrosables ne manquent pas pour les adeptes du vélo, autant pour les liquides distinctifs que les paysages charmants, voire époustouflants.

Voici quelques suggestions : 

1. Charlevoix à deux vitesses

Pour une tournée charlevoisienne, on pourrait se contenter de rester aux environs de Baie-Saint-Paul. Après être passé au kiosque de la Cidrerie Pedneault, en plein centre-ville, on peut filer vers la Microbrasserie Charlevoix, située juste un peu plus au nord. On y trouve d’excellentes et goûteuses bières de style belge comme la Flacatoune, la Dominus Vobiscum ou la Vache folle.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Tourisme & Plein air (@fillesdunord) on

En rejoignant la route 138 et en poursuivant vers le nord-est, on arrive bien vite chez la famille Dufour, connue pour son fromage Migneron, mais aussi productrice des vins Charlevoyou tirés d’un vignoble situé sur la propriété (et d’un autre sur la côte de Beaupré). La maison produit également des spiritueux faits de marc de raisin et de petit lait, deux façons de donner une nouvelle vie aux résidus de production de la ferme.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Menaud (@menaud.chx) on

Les grimpeurs bien en jambes devraient également pousser 45 kilomètres à l’est pour rejoindre Clermont, tout près de La Malbaie, et s’arrêter chez Menaud, une brasserie et distillerie d’exception dont le gin éponyme, avec ses arômes tirés tout droits des forêts nordiques environnantes, est l’un des meilleurs du Québec. La route 362, avec ses vues imprenables sur le fleuve, forme le chemin idéal, mais l’arrière-pays a aussi ses charmes, si on veut avoir une vision complète de cette région de mer et de montagnes.


À lire aussi  : Charlevoix à vélo : les petites Alpes du Québec


2. En partant de Kamouraska

Avec autant de fleuve mais nettement moins de pentes, les régions de Kamouraska et de Rivière-du-Loup offrent aussi leurs délices, le long de la route 132, avec leurs points de vue magnifiques – et leurs couchers de soleil difficiles à battre. En partant du charmant village de Kamouraska, on s’arrête d’abord à La Tête d’Allumette, une microbrasserie qui a pour particularité de chauffer certains brassins au feu de bois, qui offre quantité de bières originales et dont la terrasse est l’une des plus belles du Québec, avec vue imprenable sur le fleuve.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Dave Dalva (@beersinthehood_514) on

Juste un peu plus à l’est, la ferme Le Raku, à Saint-Germain-de-Kamouraska, réussit à faire mûrir du chardonnay – et aussi un mystérieux cépage local, le Roland – dans un genre d’anse bien ensoleillée et protégée des vents. Les visites sont rares, mais on peut aussi trouver ses vins chez Côté Est, bistro qui pourra en offrir avec un repas à emporter. Un arrêt à Rivière-du-Loup peut s’accompagner de quelques gorgées de bière Aux Fous Brassants, qui utilisent des grains locaux et bios pour produire une douzaine de cuvées distinctes.

Finalement, la distillerie Le Fils du Roy, à Saint-Arsène (juste à l’est de Rivière-du-Loup), offre des gins uniques comme le Thuya, fortement axé sur les extraits de conifères, ou le Rocher Malin, qui met de l’avant la livèche et la bourrache, des plantes aromatiques.


À lire aussi : La route des navigateurs : au fil de l’eau à vélo


3. Excursions gaspésiennes

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Tourisme Gaspésie (@tourismegaspesie) on

La Gaspésie est vraiment gâtée en microbrasseries et autres producteurs d’alcools du terroir. Un cycliste ambitieux qui voudrait faire le tour de la péninsule aurait droit à des pauses rafraîchissement à toutes les étapes du chemin, de l’excellent Le Malbord de Sainte-Anne-des-Monts au Naufrageur de Carleton. Deux secteurs permettent toutefois des circuits d’un jour particulièrement bien remplis, soit celui de Percé/Cap d’Espoir et celui de Gaspé.

Dans le premier cas, un tour dans l’arrière-pays avec arrêt à la très courue Brasserie Auval, à Val d’Espoir, est absolument obligatoire, tout comme un passage à la Distillerie La Société Secrète, qui dépasse de loin le gin avec des marcs, amaros et autres décoctions de grains. Sans oublier la microbrasserie Pit Caribou, qui expérimente avec aplomb dans ses brassins.

Près de Gaspé, une trentaine de kilomètres – principalement dans le parc de Forillon – séparent la microbrasserie Au Frontibus, face au grand large, de la microbrasserie Cap Gaspé, sur la rive sud de la baie de Gaspé. Un peu à l’est de cette dernière, la Distillerie O’Dwyer élabore un whisky blanc qui réchauffe et un alcool d’érable d’une belle finesse, en plus de produire l’excellent gin Radoune.

 


À lire aussiTour du parc Forillon à vélo : l’enfer au paradis!


D’autres idées

Québec

Dans la région de Québec, faites le très classique tour de l’île d’Orléans en prenant le temps de vous arrêter au Vignoble Sainte-Pétronille, au récemment renouvelé Vignoble de Saint-Pierre, à la microbrasserie de l’Île ainsi qu’au Domaine de la Source à Marguerite et chez les Cassis Monna, tous sur la rive nord de cette terre chantée par Félix Leclerc.

Info : tourisme.iledorleans.com

Cantons-de-l'Est

Dans les Cantons-de-l’Est, profitez de la grande concentration de vignobles et de cidreries autour de Dunham, lieu fondateur du vin québécois – il y a une bonne douzaine de producteurs à quelques kilomètres à la ronde – et n’oubliez pas d’arrêter à la fabuleusement créative Brasserie Dunham, dont les bières de type saison réserve valent à elles seules le voyage.

Info : laroutedesvins.ca


Bien profiter en toute sécurité

En cette année pas comme les autres, les conditions d’accueil chez les producteurs pourraient être différentes des saisons habituelles. Informez-vous avant de mettre le pied au pédalier et prenez rendez-vous pour être certain d’effectuer des arrêts sympathiques afin de trouver votre bonheur. Histoire de rouler droit, mesurez aussi vos dégustations (plusieurs petites gorgées, ça finit par compter) et pensez à ramener les bouteilles pour les consommer en soirée, les jambes au repos sur la chaise longue ou dans le bouillonnement du bain à remous. 


À lire aussi : Plage et vélo : 5 beaux camps de base en Ontario 

Commentaires (0)
Participer à la discussion!