Rechercher dans le site espaces.ca
  • Photos : Adobe Stock

Les 10 commandements d’une sortie réussie en solo

En cette ère de distanciation physique, l’idée de partir en complète autonomie pour être seul et loin du monde n’a jamais semblé aussi attirante. Si ce genre d’aventure vous travaille, ces conseils sauront vous accompagner dans votre quête de solitude.

1. Graduellement tu t’isoleras

La solitude s’apprivoise progressivement. Avant de partir seul loin du monde pour une grande échappée sauvage, mieux vaut vous y préparer petit à petit. Sorties d’un jour, nuitées simples puis multiples : respectez votre expérience et augmentez graduellement votre temps en solo avant de vous lancer pour longtemps seul, en nature et pour une longue période.

2. Un plan d’urgence tu laisseras

Partir seul ne veut pas dire vous enfuir loin de tout sans rester en contact avec vos proches. Toujours important, le plan de sortie et de mesures d’urgence à préparer avant une aventure en nature l’est encore plus en solo. Mettez-y le plus de détails possible : l’itinéraire prévu, un horaire approximatif, les contacts d’urgence à joindre et les procédures à entreprendre en cas de retard ou d’absence. Laissez le tout à au moins une personne digne de confiance qui fera le suivi selon les consignes établies.

3. Tes compétences tu pratiqueras

En solitaire, tout prend plus d’importance : savoir allumer un feu, monter le camp sous une averse, s’orienter, maîtriser les techniques et les risques liés aux activités pratiquées… Personne ne sera là pour vous conseiller en cas de difficulté, d’où la nécessité de bien maîtriser le b.a.-ba de la vie en plein air avant de prendre la clé des champs seul.

4. Ton équipement tu soigneras

Un bris, un problème technique, la perte d’un accessoire… faites tout ce qu’il faut pour traiter aux petits oignons votre matériel d’aventure et vous assurer qu’il ne fera pas défaut. Surtout qu’en solo, les options de rechange seront limitées, et il n’en tiendra qu’à vous de régler un éventuel problème. De l’entretien à la réparation, soyez encore une fois autonome à 100 %. Pour le reste, la débrouillardise sera votre alliée.

5. Tes émotions tu dompteras

Si la simple idée de rencontrer un ours en forêt ou encore de mourir de froid vous angoisse de manière incontrôlable… imaginez votre première nuit sans compagnie! En solitaire, il n’y a donc pas de place pour les craintes envahissantes et autres frayeurs qui, bien souvent, ne viennent que de votre esprit. Savoir garder le moral loin des autres est également un art qui se développe avec le temps. La visualisation peut se révéler un outil précieux pour vous préparer.

6. L’adrénaline tu éviteras

Seul au monde, le mot d’ordre est de ne pas prendre de risques importants. Tout est relatif à chacun, mais disons simplement que l’essentiel consiste à ne pas outrepasser vos capacités dans les activités que vous pratiquez. Comme vous vous trouverez sans personne pour vous venir en aide rapidement, ce n’est pas le moment de repousser vos limites de manière excessive, au point de vous mettre dans une situation potentiellement délicate.

7. Le contact avec le monde tu garderas

Qu’ont en commun les pires histoires de gens perdus ou blessés en forêt? Trop souvent : une incapacité à bien communiquer avec les services d’urgence. De nos jours, loin des sentiers battus, il n’a pourtant jamais été aussi facile et abordable d’appeler à l’aide, grâce aux communicateurs par satellite — pensons au inReach de Garmin — ou encore aux balises personnelles, comme le ResQLink d’ACR-Artex. Bref, soyez seul, mais bien accompagné!

8. La destination tu étudieras

Le choix de la destination se révèle particulièrement délicat dans le cas des sorties en nature en solitaire. Il vous faut trouver le moyen de vous isoler, mais sans nécessairement aller à l’autre bout du monde, ce qui peut devenir un défi en soi par moments, ou encore à certains endroits. Vous ne devez donc pas négliger l’achalandage de l’emplacement choisi, question d’éviter de partir seul… avec plein de monde!

9. Ta charge tu limiteras

Souvent par crainte de manquer de quelque chose en étant seul, il devient facile d’avoir le réflexe de transporter beaucoup trop de matériel inutilement. Pour savourer les moments en solo, il importe donc que vous vous restreigniez afin de profiter des plaisirs de cette grande liberté. Déjà que l’équipement — comme la tente, le matériel de cuisine et certains autres accessoires — ne peuvent être partagés, inutile d’en rajouter.

10. Le moment tu savoureras

Les sens en éveil et la solitude du moment rendront l’expérience d’isolement particulièrement enrichissante. Alors il faut savoir en profiter! La capacité à vivre le moment présent s’avère essentielle. Préparez-vous mentalement à ces heures passées avec vous-même et, ensuite, mettez de côté vos doutes, vos craintes et toute autre préoccupation… puis rappelez-vous tout simplement que vous avez choisi d’être là par plaisir!


À lire aussi : Les 10 commandements du skieur hors-piste

Commentaires (0)
Participer à la discussion!