Rechercher dans le site espaces.ca
Crédit : Shutterstock

HotShot : l’antidote aux crampes musculaires à l’effort?

Une nouvelle boisson sportive, arrivée sur le marché au printemps dernier, promet de faire disparaître les crampes musculaires à l’effort en s’attaquant au système nerveux. Véritable révolution ou promesse en l’air? Les jeux sont ouverts.

« Tant que ça ne descend pas, je suis correct! », s’exclame Éric Pineau, un quinqagénaire adepte de sports d’endurance, aux prises avec des crampes musculaires une ou deux fois par mois. Ces dernières, qui affectent uniquement ses quadriceps, commencent presque toujours lorsqu’il dévale une côte à la course.

« Il y a deux ans, alors que je participais à une course en sentier au mont Orford, mes cuisses ont complètement bloqué lors d’une longue descente, à peine 500 mètres après le départ », se rappelle-t-il. Moins de deux kilomètres plus tard, paralysé par la douleur, il était contraint à l’abandon.

Éric Pineau n’est pas le seul à vivre pareille situation. Chaque année, 50 % des marathoniens souffrent de crampes au moins une fois, rapporte une étude publiée en 2007 dans Sports Medecine. Ce pourcentage est de 60 % chez les cyclistes, indique une autre étude parue en 2008 dans la revue scientifique Clinical Sports Medecine. Le trait commun entre tous les Éric Pineau de ce monde : ils ignorent les causes, et encore plus la solution, à leurs maux.

Aussi avancée soit-elle, la science n’a pas encore élucidé le mystère de ces contractions douloureuses, involontaires et passagères. Déshydratation, acide lactique, manque de potassium, hypertonie musculaire, hyperthermie : les accusés, à tort, ont été nombreux. « Disons que c’est un phénomène assez mystérieux », résume M. Pineau, qui a lui-même mis à l’épreuve plusieurs traitements (tablettes de sel, suppléments de potassium, bananes, etc.) avec un succès mitigé.

Changer la donne

Crédit : Hot Shot

Mais tout cela est peut-être sur le point de changer. C’est en tout cas la promesse de HotShot (d’abord baptisée It’sTheNerve), une nouvelle boisson sportive inventée par Roderick MacKinnon et Bruce Bean, deux neuroscientifiques de renom : le premier a été récipiendaire du prix Nobel de chimie, en 2003, alors que le second est professeur au département de neurobiologie de l’université Harvard. L’idée derrière leur produit, présenté comme « révolutionnaire » : s’attaquer au système nerveux, le dénominateur commun de toutes les crampes.

Comme l’explique Bob Murray, physiologiste de l’exercice et directeur de la division Science du sport de Flex Pharma – l’entreprise derrière HotShot –, une crampe n’est ni plus ni moins qu’une « défaillance du système nerveux ». « La tension musculaire est contrôlée par le cerveau qui, par voie nerveuse, reçoit et envoie des signaux inhibiteurs et facilitateurs aux muscles, explique-t-il. La crampe survient lorsque le cerveau se trompe et qu’il envoie trop d’influx facilitateurs aux muscles, ce qui les amène à se contracter mais à ne jamais se relâcher. »

Selon la documentation promotionnelle fournie par HotShot, la boisson viendrait contrer la suractivation du système nerveux à l’origine des crampes en activant les « canaux TRP », d’autres voies neuronales situées dans la bouche et l’estomac. C’est cette stimulation qui serait à l’origine de la réduction de 300 % de l’intensité des crampes rapportée dans les études menées sur le produit. Au moment d’écrire ces lignes, celles-ci n’avaient pas encore été publiées dans des revues spécialisées. « Elles devraient faire l’objet de présentations dans des congrès, sous forme d’affiches et de résumés », assure toutefois M. Murray.

Mais concrètement, que contient HotShot? Impossible à savoir, puisque sa « formule scientifiquement éprouvée » est jalousement gardée secrète par l’état-major de la compagnie. Cela dit, ne vous attendez pas à une boisson sportive classique : elle est, paraît-il, « forte au goût » et « épicée », à l’instar des aliments desquels elle s’inspire. « C’est en voyant des sportifs d’endurance consommer du jus de cornichon, de la moutarde diluée, du cidre de pomme et même du kimchi (un plat traditionnel coréen à base de légumes fermentés), pour prévenir et soulager les crampes, que les inventeurs ont eu la puce à l’oreille », explique Bob Murray.

Des inquiétudes

L’hypothèse d’une erreur de la commande motrice pour expliquer les crampes musculaires ne surprend guère Guy Thibault, docteur en physiologie de l’exercice et auteur du livre En pleine forme. « Ça fait longtemps qu’on sait que les crampes musculaires ne sont pas dues à la déshydratation ni à un déséquilibre électrolytique, lance-t-il. Donc, oui, c’est vrai, ce sont les nerfs qui en sont responsables. »

Toutefois, de là à dire que HotShot est l’antidote à ce mal millénaire, il y a un pas que le physiologiste n’est pas prêt à franchir. « Les articles démontrant son efficacité rapportent certes une réduction significative de l’intensité des crampes musculaires provoquées en laboratoire par électrostimulation, mais rien ne prouve que cela s’appliquera dans la pratique sportive, comme lors d’un marathon », affirme-t-il. Que les auteurs des publications concernées y avouent leurs intérêts commerciaux est aussi quelque chose qui le titille : « Disons que ce n’est pas fait dans les règles de l’art. »

Ce qui inquiète le plus Guy Thibault, c’est que les inventeurs ne sont pas très explicites sur les phénomènes expliquant les mécanismes d’action du produit. En fait, il peine à s’expliquer comment un aliment doté d’un tel pouvoir puisse agir sur une longue durée. « Ils ont trouvé le moyen de réduire l’afflux de signaux inhibiteurs aux muscles en mettant une certaine substance dans le système digestif, relate le scientifique. Mais atténuent-ils par le fait même le rendement musculaire, donc les performances sportives? Ce n’est pas dit ».

Sa conclusion? « Peut-être avons-nous affaire à une percée majeure. Peut-être même est-ce aussi révolutionnaire que l’aspirine. Mais il y a aussi des chances que ça ne le soit pas. Il y a encore trop de zones grises », conclut celui qui attend la commercialisation d’HotShot au Canada pour s’en faire une idée plus claire. Mais celle-ci ne figure pas encore dans les plans de Flex Pharma…


Posologie

Flex Pharma recommande :

·      De consommer un flacon de 50 ml de HotShot de 15 à 20 minutes avant l’exercice ou l’apparition pressentie de crampes;
·      D’éviter de consommer des produits laitiers 30 minutes avant ou après la consommation de HotShot puisque cela interfère avec les mécanismes d’action du produit;
·      De garder le produit loin des yeux.

Commentaires (0)
Participer à la discussion!

À decouvrir