Rechercher dans le site espaces.ca
  • © Shutterstock

Grands froids : Trucs et astuces pour ne pas geler cet hiver

S’il n’existe pas de mauvaise météo mais que de mauvais vêtements, comme le dit un proverbe scandinave, certains accessoires et de simples notions de savoir-faire permettent de bien se protéger des sévices de l’hiver.

Quelques accessoires qui ont fait leurs preuves…

  • Il y a bien sûr les incontournables chauffe-mains et chauffe-orteils (les fameux HotShots), aussi offerts en version rechargeable (au gaz ou à l’électricité). Les extrémités corporelles que ces petits sachets et bidules ont préservé des engelures doivent se compter par millions.

À lire aussi : Pourquoi les filles gèlent-elles plus ?


  • Les semelles chauffantes sont également efficaces, mais par temps très froid, elles contribuent surtout à maintenir un taux d’humidité bas, plutôt que d’augmenter la température des pieds.
  • On a récemment vu apparaître sur le marché plusieurs modèles de gants et de mitaines chauffants. Certains sont efficaces, certes, mais ils ne sont pas à la portée de toutes les bourses, et leurs piles les rendent assez lourds. Mieux vaut les utiliser lors d’activités où le poids n’est pas une contrainte.

  • Les couvre-chaussures, qu’ils soient ou non imperméables ou isolés, ajoutent une couche qui augmente le facteur isolant des bottes de ski ou de randonnée, voire de vélo.


À lire aussi : Activer sa graisse brune pour maigrir et vaincre le froid


  • Quand vient le temps d’une pause, s’asseoir directement sur la neige est un gage certain de fesses gelées. Un mini tapis de sol en mousse s’attache facilement à l’extérieur de son sac (sans ajouter de poids) et est un excellent outil pour diminuer la perte de chaleur et conserver ses pantalons au sec.

  • Le fatbike et le vélo d’hiver faisant de plus en plus d’adeptes, les poguies, ces couvre-mains où s’engouffrent aussi les poignées du guidon, ne cessent de se multiplier. À prescrire à quiconque pédale longtemps l’hiver, surtout par grand vent.

  • Une tuque intégrant une couche coupe-vent au niveau des oreilles sera fort appréciée par ces dernières, lorsque le vent soufflera.

  • Un passe-montagne est un indispensable à conserver dans son sac, peu importe l’activité pratiquée. Votre nez vous en sera reconnaissant.

… et quelques trucs et conseils

Contrôler sa transpiration

L’humidité est l’un des grands alliés du froid quand celui-ci s’en prend à la chaleur corporelle. La meilleure stratégie pour contrer l’accumulation d’humidité par la transpiration est de constamment moduler ses vêtements en fonction de l’intensité de l’effort. Ainsi, afin de maintenir sa transpiration au minimum, il ne faut jamais hésiter à s’arrêter en cours de route pour ajouter ou enlever un vêtement, dès qu’on sent le froid ou la chaleur prendre le dessus.

Aussi, après une montée intense (en ski de montagne, par exemple) où l’on est légèrement vêtu, il est efficace de retirer sa veste quelques secondes, voire même sa couche de base (quand il ne vente pas à écorner les bœufs) pour laisser s’échapper un peu d’humidité, avant de revêtir sa coquille ou sa couche intermédiaire plus épaisse, en vue de la descente.


À lire aussi : Combattre le froid par le froid


Des doubles

Afin de bien suivre le conseil qui précède, emporter un double de certains vêtements (tuques, gants ou mitaines, chaussettes) qui risquent d’être mouillés par la transpiration, la neige ou l’eau est une judicieuse stratégie. Toujours afin de bien s’adapter aux besoins changeants d’isolation de notre corps et de nos extrémités, il est préférable que ces doublons soient constitués d’une pièce mince et d’une autre plus isolante.

L’imperméabilité

En hiver, la pluie n’est pas à redouter (enfin, la plupart du temps). Mais tout équipement qui demeure en contact régulier avec la neige risque de finir par laisser passer l’eau. Puisque l’une des règles d’or en plein air, l’hiver, consiste à ne jamais se mouiller, mieux vaut prévoir des pièces de vêtement imper-respirants (gants, mitaines, bottes, pantalons…)

Et la tête?

S’il est faux d’affirmer que de 40 à 50 % de la chaleur est évacuée par la tête (en fait, 10 % serait plus réaliste), il ne faut pas pour autant négliger son couvre-chef. Savoir se servir de son capuchon est également une bonne façon de moduler la conservation de la chaleur.

À boire!

Une boisson chaude dans un thermos (thé déca, chocolat chaud, tisane…) réconfortera l’esprit et déposera (littéralement) un peu de chaleur directement à l’intérieur de notre… intérieur.


À lire aussi : Une bouillotte-pipi en camping d'hiver


Éviter la caféine

Si un bon café chaud est un excellent réconfort ainsi qu’un efficace stimulant, il est malheureusement préférable de s’en priver. La caféine est un agent vasoconstricteur, c’est à dire qu’elle diminue le diamètre des vaisseaux sanguins, limitant ainsi le flux sanguin aux extrémités (pieds et mains), ouvrant tout grand la porte aux engelures. Préférez une soupe, un chocolat chaud ou encore un bon bouillon.

Préchauffage

Les pieds et les mains, on le sait, sont généralement les premières parties du corps à souffrir du froid. Chauffer ses bottes et ses mitaines avant de sortir aidera à ralentir leur refroidissement. En voiture, on peut les laisser près des bouches de chauffage, mais il existe aussi des chauffe-chaussures qui se branchent dans l’allume-cigarettes (12 volts). Certains pleinairistes particulièrement frileux préchauffent même leurs pieds avec des bains de pieds à l’eau très chaude, juste avant de sortir de la maison…


À lire aussi : Les 10 commandements de la chaleur


Des produits naturels pour ne pas geler des pieds ?

Passion Herbale, une compagnie des Cantons-de-l'Est propose une gamme de produits pour protéger les amateurs de plein air des intempéries. Ils sont conçus pour offrir une barrière protectrice contre le froid, le vent, le soleil et autres irritants, tout en procurant une hydratation optimale. passionherbale.ca

Commentaires (0)
Participer à la discussion!