Rechercher dans le site espaces.ca
  • © AdobeStock

Conseils pour bien choisir son emplacement de camping

En "camping de char" ou en camping sauvage, il y a bien deux ou trois choses à savoir pour passer une bonne nuit en plein air. Outre les conseils de base (respecter les règlements, choisir un emplacement sur sol plat, s'installer ni trop près ni trop loin des toilettes, etc.), voici six conseils à se remémorer au moment de sortir les piquets!

1) Les pires voisins ne sont pas toujours ceux que l'on pense

Un groupe scolaire, une bande de scouts ou une famille avec plusieurs enfants s'installe sur l'emplacement de camping voisin? Notre premier reflexe serait de fuir, par peur des nuisances sonores! Mais à bien y penser, à 22 h - 23 h maximum, il y a de fortes chances pour que tout le monde soit couché, couvre-feu oblige. Ce que d'autres voisins, fêtant autour du feu de camp avec bières et guitare jusqu'aux petites heures du matin, ne s'imposent pas forcément. Alors si vous voulez récupérer de votre journée et que vous avez le sommeil léger, privilégiez les voisins couche-tôt!


À lire aussi : 10 choses que tous les campeurs devraient savoir


2) Ces arbres sous lesquels on ne veut surtout pas dormir

Quoi de plus inspirant que dormir sous le couvert forestier d'une belle pinède? Erreur! Le roi des forêts est majesteux mais il dégage beaucoup de résine qui peut couler et tacher votre tente. Si ce n'est pas la gomme, ça peut aussi être des épines qui tombent régulièrement sur votre double-toit pendant la nuit. Certains feuillus perdent également leurs fleurs collantes, à l'occasion. Avant de vous installer, pensez donc à observer le sol et ses éventuels indésirables naturels. L'idéal est de choisir un emplacement à l'orée d'une forêt avec des arbres autour mais pas au-dessus de votre tente.


À lire aussi : 10 sites de camping gratuit au Québec


3) Camper sur une plage : rêve ou cauchemar?

Arrivé sur une belle et grande plage, vous vous imaginez déjà planter votre tente dans le sable doux, plonger vos pieds dans l'eau fraîche et allumer un feu de camp en soirée. Un rêve qui peut pourtant se transformer en cauchemar. Le sable a la fâcheuse tendance à s'infiltrer partout (dans votre sac de couchage, vos vêtements, votre sac à dos...), même dans la glissière de la moustiquaire ou du toit de la tente. Un calvaire! Privilégiez de loin les emplacements en forêt (mais proches de la plage) ou sur structure de bois.


À lire aussi : 7 destinations de rêve en canot-camping au Québec


4) Tente près de l'eau, hmm, pas sûr...

Ô doux clapotis de l'eau dans vos oreilles le matin! Si le décor est idyllique, pensez toutefois à ne pas planter votre tente trop près d'un cours d'eau. Outre les crues soudaines que peuvent subir les rivières (lors de l'ouverture d'un barrage ou après un orage), les rives sont souvent baignées d'humidité en soirée et pendant la nuit. À prendre en compte si on est de nature frileuse. Ne pas oublier la présence, en général importante, de moustiques près des eaux stagnantes (marais, lacs) ou à faible flux (petit ruisseau, rivière calme).


À lire aussi : 3 sommets où planter votre tente au Québec


5) Bien orienter sa tente

En camping sauvage comme sur un terrain privé, il est important de faire attention à la position géographique et à l'orientation de sa tente. Si elle est exposée à l'est et/ou au nord, vous risquez de sentir davantage le froid, le matin; si elle est exposée au sud et/ou à l'ouest, il fera (très) chaud en après-midi et en soirée. À considérer en fonction de la météo prévue.

On peut aussi choisir de planter sa tente sur un button pour bénéficier du vent en cas d'invasion de moustiques ou, au contraire, derrière un obstacle naturel (colline, forêt, affleurement rocheux) pour se protéger des courants d'air. Dans tous les cas, on évite les reliefs en forme de cuve qui emprisonnent souvent l'humidité au sol.


À lire aussi : 5 campings qui acceptent les chiens au Québec


6) Éviter les mauvaises rencontres

Le camping est l'essence même de la vie en nature. Il faut donc s'attendre à planter sa tente dans l'habitat naturel de certaines espèces animales. Vérifiez la présence éventuelle d'une fourmilière ou d'une termitière autour de votre emplacement, au risque de vous faire réveiller par de drôles de chatouillis. Idem pour de potentielles traces de passages d'animaux comme des chevreuils et autres cervidés. En plus de devoir modifier leur routine pour aller manger ou s'abreuver, ils peuvent prendre peur s'ils sont en compagnie de leurs petits. Surtout, n'oubliez pas de suspendre votre nourriture à une branche, sur le territoire des ours, et de ne pas tenter les gourmands ratons-laveurs.

Commentaires (0)
Participer à la discussion!